2010: le pire est-il à venir ?

Publié le par Ali


Communiqué du Parti Antisioniste


us-sionisme.jpg



2010 : LE PIRE EST-IL A VENIR ?

Cette fois-ci c’est à Noël (le 25 décembre 2009) qu’à nouveau, la grande
manoeuvre de manipulation et d’intoxication américano-sioniste s’est accélérée.
Voyons les faits tels que nous les connaissons à ce jour : un nigérian
musulman de 23 ans a essayé de faire sauter un avion américain de la compagnie
Northwest Airlines : vol 253, reliant Amsterdam à Detroit aux USA.
L’explosif prévu, le PETN (Pentaerythritol) se trouvait dans ses sousvêtements
et n’avait pas été détecté lors des contrôles. C’est son comportement
suspect pendant le vol qui a permis à des passagers de le maîtriser et de faire échouer
la tentative.
Cela nous rappelle l’affaire Richard Reid, l’homme à la chaussure bourrée
d’explosifs, qui lui aussi avait essayé de faire sauter un avion d’American Airlines venant de Paris à destination de Miami le 22 décembre 2001.
Le Nigérian Abdul Mutallab aurait reçu un entraînement dans la
République du Yémen qui abriterait des « terroristes d’Al Qaida ». Mieux encore, son père, le Docteur Umaru Mutallab, un des plus importants banquiers et ancien ministre de l’économie du Nigéria, avait rencontré des responsables de la CIA afin de les prévenir que son fils représentait un danger pour les USA.
Cela ne l’a pas empêché de monter dans l’avion. Selon certaines sources
rapportées par l’agence Reuters, il serait question d’un deuxième individu et d’un problème de passeport. Pour l’instant, il règne le plus grand flou sur les
circonstances précises, à moins que ce flou ne soit voulu et entretenu.
Pour le président américain Obama, en vacances à Hawaï au moment des
faits, il y aurait eu des graves dysfonctionnements au sein des services de sécurité et
il a exigé un rapport circonstancié dans les plus brefs délais.
Essayons de déchiffrer cette suite, pour le moins confuse, de faits et
déclarations. Une chose est incontestable : à nouveau la psychose de l’attentat a été portée à son degré maximal et un pays: le Yémen, petit mais d’un intérêt stratégique certain (dans le Golf, face à la Corne de l’Afrique) est désigné.
 
Nous nous souvenons que la tentative d’attentat de Richard Reid,
« l’homme à la chaussure », a eu lieu quelques temps après le 11/09, alors que l’administration Bush se préparait depuis plusieurs mois à attaquer l’Irak et l’Afghanistan. Le Yémen serait-il le prochain sur la liste ?
Aucune hypothèse n’est à exclure depuis qu’Obama a repris et accentué la
politique guerrière de son prédécesseur, George Bush, en Afghanistan. Il est à noter que lors de son allocution pour justifier l’envoi de 30 000 hommes supplémentaires dans ce pays, Obama a affirmé qu’Al Qaida continuait à préparer des attentats.
Avait-il déjà des informations…? Mais alors pourquoi mettre en cause publiquement la CIA et le FBI ? Querelles intestines au sein de l’administration Obama ou simple écran de fumée destiné à masquer un autre plan ?
Depuis le 11 Septembre 2001 nous savons à qui profite le crime et à quoi
sert un attentat attribué à Al Qaida : à donner un chèque en blanc à l’administration américaine pour l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial dont le sionisme est le moteur et le seul bénéficiaire.
Une fois de plus on nous ressort la mystérieuse Al Qaida que les médias les
plus alignés sur Washington et Tel Aviv appellent fort justement « la nébuleuse Al Qaida ». Nébuleuse en effet que cette organisation, dont le principal dirigeant Ben Laden, formé par la CIA, court toujours …, dont les moyens financiers et techniques semblent illimités et qui a le don de se manifester à chaque fois que cela est utile à l’axe américano-sioniste !
Mais le 11 Septembre 2001 est déjà loin et son effet hypnotique sur l’opinion
publique internationale s’est nettement atténué, d’autant plus que la thèse officielle est de plus en plus ouvertement contestée y compris par des personnalités de premier plan.
Alors ne nous prépare-t-on pas un nouvel attentat de masse ?
Pas nécessairement aux USA cette fois-ci. Un terrible attentat qui permettrait à nouveau de remobiliser l’opinion contre le front mondial de résistance à l’Empire USraël, dont les pays musulmans, notamment l’Iran, sont le noyau dur.
Cet attentat manqué ne serait donc que la première étape de la préparation
psychologique de l’opinion en vue de conflits majeurs aux conséquences
incalculables. Nous verrons la suite des évènements, notamment la politique du président Obama qui, de plus en plus, semble être orientée comme celle de Bush et de ses conseillers sionistes, qui eux, sont restés au pouvoir auprès d’Obama.

Le Président,
Yahia Gouasmi 

Commenter cet article