Après la crise, le temps des sophistes !

Publié le par Ali

Milton Friedman, gourou du néo-libéralisme

Je les entends déjà : « si crise il y a, ce n’est pas à cause du libéralisme, c’est parce qu’il n’y a pas assez de libéralisme ; c’est ce qui reste encore d’intervention étatique qui a vicié la machine, à la manière d’une virus exportant ses métastases… et puis, une crise ce n’est pas que du négatif, c’est l’occasion, le moment, de faire montre d’esprit inventif, de saisir l’opportunité, d’imposer (imposer !) des solutions nouvelles, radicales, innovantes, audacieuses…et patati et patata… »

Voilà, chers amis, les discours que, passé le coup de gong de Wall-street, vous risquez d’entendre à vos oreilles car, ne vous y trompez pas, les apprentis sorciers qui, aux Etats-Unis, ont ruiné des tas de braves gens et les ont privés de maison, de retraite, d’économies, ne vont pas plaider coupable. Que non ! Leur morgue est intarissable, leur assurance inouïe, leur cynisme aveugle. Pour eux, c’est le moment de ramasser les morceaux et reprendre la partie, comme le fait, au casino, un bateleur ivre.
Mais, me répliquerez-vous, ce sont des monstres. Pas du tout ! Tout simplement des hommes pénétrés de l’idée, héritée du calvinisme le plus pur, que le monde est divisé en deux : les « élus », les « sauvés » et les autres. Les premiers se doivent d’agir librement, ils le feront, c’est sûr ! pour leur bien qui est celui de tous. Les autres, les « damnés » d’avance, ne peuvent qu’empêtrer sur leurs nobles buts. L’Etat s’occupe trop des seconds, ce qui vicie l’activité des premiers. Aussi simple que ça ! Moins d’Etat, plus de liberté pour les « élus », voilà leur credo.

Le papier précédent était consacré à ce brulôt prophétique qu’est ce livre de Madame Klein qui analyse parfaitement l’état d’esprit de ceux pour lesquels, après la déblâcle, seul compte encore le profit. Le scénario, ne vous y trompez pas, va se reproduire. Ils vont se précipiter sur ce qui reste de la dépouille comme des vautours affamés, et la dépèceront jusqu’aux os. Et nous, assomés, anxieux de l’avenir, nous resterons sans réactions et boirons la coupe jusqu’à la lie !

Dès lors, soyons vigilants à l’extrême, ne nous leurrons pas d’illusions, ce n’est pas ce qui vient de se passer qui nous débarassera de la bête. C’est avec nos sous, ceux des épargnants américains et européens, que ces financiers retors, qui ont généré le désastre, seront renfloués ; pour faire quoi après, sinon la même chose ?

C’est le système qui est pervers, extrêmement pervers. Depuis une trentaine d’années, on n’entend plus que les mots « profit » et « rentabilité » ; l’ogre ne connaît pas de limites à son appétit dilaté. Si vous, braves gens, souhaitez un bonheur tranquille sur l’air du « sam’suffit », sachez que, pour eux, « assez » est inconnu, rien n’est de trop, tout reste à engloutir.

Ils ont la presse, la télévision, ils filtrent l’information, vous inventent des ennemis, incitent au choc des civilisations, comme ils disent ; pour eux la guerre est une activité commerciale de plus, et rentable avec ça. L’insécurité, la peur, l’angoisse du lendemain, la précarité ne sont pas des drames, mais des marchés à exploiter !

Savez ce qu’a rapporté la guerre en Irak à ces sociétés privées qui louent des milices à l’armée des Etats-Unis ? Des milliards de dollars.

Ce qu’a rapporté l’ouragan Christina aux promoteurs privés qui ont rebâti la Nouvelle-Orléans, selon les normes les moins sociales qui soient ? Des centaines de millions de dollars.

Ce que les politiciens corrompus en Afghanistan, au Pakistan et ailleurs détournent en toute impunité et complaisance états-unienne ? Faramineux !

Et les exemples abondent.

Tant que cette manière de faire et de voir les choses,  et surtout de ne voir dans les gens que des choses qui consomment perdure, nous serons les dindons de la farce.

Et nous n’aurons plus nos yeux pour pleurer. 

Commenter cet article

Hadria RIVIERE 04/10/2008 17:17

ok, ! Nous sommes un grand nombre d'individus conscients de cet état de fait que, nous dénonçons d 'ailleurs nous à longueur de lignes...
Ok ! les milliards d'euros des contribuables du monde et surtout des plus démunis vont directement dans la poche de ces sangsues avides !

Ok! l'option "de la main invisible qui, régule les marchés " c'est faux !!!

Ok! contre le "tout libéralisme" a du plomb dans l'aile !!

Ok ! nous devrions nous, les peuples et ce quelques soit la civilisation, la religion dont nous nous revendiquons "nous tenir la main" et, organiser nos sociétés qui, fonctionneraient sur d'autres modéles - peut-être en s'inpirant des sociétèés indiennes de Bolivie, de l'Equateur;*

,Elire à la tête des gouvernements , des individus de la trempe de Chazes, Morales, etc... Des protecteurs de leur pays et de leur peuples ?


Mais voilà, les peuples européens et surtout le peuple de France sont anesthésiés, complément assommés, préoccupés de se chercher des exutoires, des boucs émissaires sur lesquels ils peuvent , en toute impunité se défouler...

Le contexte, d'une éventuelle prise de conscience avec réaction à la clé est plutôt morose voire inexistant...

Et, pendant ce temps, en effet et en cela je vous rejoints, les prédateurs assoiffés de richesse et de sang neuf vont se remettre en chasse !!!

Le plan Paulson et tous les plans qui viendront après cette crises et, celles à venir ne résoudre rien, au contraire elles ne font que reculer l'échéance de la déchéance laissant derrière eux un nombre de plus en plus important d'exclus...

Hadria RIVIERE
http://hadria.riviere.over-blog.com/