Editorial

Publié le par Ali


Athènes...

Europe-démocratique : serait-ce un nouvel oxymore ?

On peut se poser la question à la lecture de quelques informations bien précises.

Tout d’abord ce  « non » irlandais, remis en question et qui repasse en seconde session courant 2009 ! Non, mais qu’est-ce qu’il s’imaginent ces Irlandais ? Remettre l’Europe en question, fut-ce par un vote démocratique … ils verront ce qu’ils verront, ces culs-terreux éponges à Guiness… ils n’ont qu’à revoter, et bien cette fois, sans quoi ils termineront comme les Islandais… ruinés et tout juste bon à taper le Russe…

Je voudrais bien vous y voir si d’aventure, au bout d’une élection nationale, on vous disait : mais vous avez voté comme ça ? Pas possible ! Vous allez recommencer, mes petits et, cette fois dans le droit chemin, bien compris ?….

Et puis les parlementaires européens qui reportent un projet d’association avec Israël, un truc compliqué qui consiste, sans que le commun des crétins des mortels comme vous et moi n’y comprenne quelque chose à associer Israël (et d’autre pays comme la Turquie) dans le processus européen, sans que cela ne paraisse au grand jour, sans que ci, sans que ça…bref, vous m’avez compris, c’est très compliqué, très opaque, mais cela permet d’inclure des passagers plutôt clandestins dans le bateau Europe…

Eh bien, les ministres, ceux du Conseil des Ministres (qui n’est pas le Conseil de l’Europe…), n’en ont pas tenu compte et sous l’impulsin fringante du franco-sioniste Kouchner ont passé outre…dans mes bras la belle Livni ! a dû se dire l’intermittent du spectacle

L’Europe est une usine a déficit démocratique. Vous y comprenez quelque chose, vous ? Vous pouvez citer trois ou quatre commissaires européens, détailler les pouvoirs de la Commission européenne et les prérogatives du Conseil des Ministres ? Ces commissaires ont des pouvoirs bien plus étendus que vos ministres nationaux,  ils sont responsables devant le Conseil des Ministres de l’Union  qui souvent ne comprend pas ce que ces spécialistes ultra-pointus racontent et qui, pour ne pas passer pour une bande d’imbéciles, opine du bonnet l’ai entendu.

A propos de Kouchner, en voilà un qui s’est montré sous son vrai jour : brutal et vulgaire. Brutal, on s’en doutait depuis que ce docteur pseudo-humaniste et faux-socialiste préconisait le « droit d’intervention » dès lors que des problèmes humantaires étaient en jeu. Droit d’intervention, cela veut dire : faire la guerre. Et d’applaudir à l’invasion de l’Irak et de réclamer la manière fort ici ou là… ce docteur aime la guerre !

Les droits de l’homme, nettement moins, lui qui, avec morgue et vulgaire superbe, retire toute crédibilité au Secrétariat d’Etat aux Droits de l’Homme dont Madame Yade est (toujours) la titulaire. Elle venait de se faire tancer par Sarkozy, il l’achève par terre, le bonhomme s’est démasqué : courtisan et sicaire !

Les jeunes Grecs se sont calmés depuis deux nuits, je les comprends, l’hiver n’est pas la saison idéale des révolutions (encore que celle d’octobre…). J’ai déjà dit combien il était innatendu de voir ces jeunes, issus de la classe moyenne voire aisée,  se révolter devant ce « no future » qui les attend. Divine surprise !

A quand les autres ? Car, ne vous faites pas d’illusions, chers amis, la crise ne fait que commencer, et ce qui nous attend tous c’est un 14-18 économique, une guerre des tranchées, déguelasse de boue, de merde, de rats et de cafards de tout acabit.

A la différence du Chemin des Dames, vous ne crèverez pas de suite, mais petit à petit, à coup de vicieuses régressions sociales… je suis désolé de vous l’écrire…

Aux Etats-Unis, les constructeurs automobiles se muent en maîtres chanteurs et donnent le « la » aux autres : on se déclare en faillite si l’Etat ne passe pas à la caisse… et vous aurez des dizaines de milliers de chômeurs sur le dos, et un chômeur furieux, c’est parfois un chômeur dans la rue .

Ici, que font les banques avec tout cet argent que vous et moi leur avons refilé pour se refaire une santé ? Ils le gardent pour eux et leur copains de la grande et puissante industrie.

Et malgré ça, tous les jours une usine par ci ou par là, ferme, licencie, se met en liquidation…

Je continue ?

Non !

Noël au frisson !

 

 

 

 

Commenter cet article