Sionisme: un peu de logique...

Publié le par Ali




Le fait fondateur de l'Etat d'Israël est le massacre des juifs durant la seconde guerre mondiale.

Sans ce massacre il n'y aurait pas eu d'Etat d'Israël, donc de matérialisation du sionisme.
Le sionisme, conçut par le Viennois Théodore Hertzl, ne connut, au départ, qu'un succès d'estime. Les juifs d'Europe étaient (ils l'ont prouvé durant la première guerre) d'abord et avant tout des Français, des Allemand,des  Autrichiens... et ils se considéraient comme tels.

Seuls quelques juifs, fuyant les odieux pogromes des Cosaques et l'antisémitisme vicieux des si catholiques Polonais émigèrent en Palestine. Une infime minorité.
Lord Balfour, un Ministre anglais, ami des Rothschild avait intégré dans sa "déclaration"

un proposition au terme de laquelle serait créé en Palestine un "foyer national juif". Seulement voilà, personne ne savait vraiment ce qu'était ce "foyer national" et, du rese, personne  n'insista pour le savoir.

C'est l'antisémitisme des fascismes et du nazisme qui accentua cette émigration pour atteindre son apogée après la seconde guerre.

A cette époque, justement échan$udés par les masacres, plusieurs dizaines de milliers de juifs d'Europe arrivèrent en Palestine malgré l'interdiction et l'hostilité des autorités brittaniques qui avaient mandat sur ce pays;

Sans ces massacres, je le répète, Israël n'aurait sans doute jamais vu le jour.

D'où l'obsession de l'Etat d'Israël à rappeler sans cesse ces crimes.

D'où l'obsession d'Israël à faire de ces crimes un acte sans comparaison dans l'Histoire de l'humanité. Un acte fondateur ! Une nation qui veut se créer sur un crime !

Cette position de l'Etat d'Israël est parfaitement compréhensible, elle appelle cependant les remarques suivantes:

Qui a massacré les juifs durant la guerre ? Les nazis, certes, mais aussi les collaborateurs dans les pays occupés. Sans cette collaboration le massacre n'aurait pas connu pareille ampleur.

Nous sommes tous, nous Européens issus des pays occupés par les nazis, plus ou moins responsables du massacre des juifs.
C'est aux bourreaux qu'il appartient de dédommager leurs victimes. Or, en l'occurence, la création d'Israël, porte préjudice - et quel préjudice ! - à des braves gens auxquels les juifs n'avaient rien, absolument rien, à reprocher.
Les juifs, tout comme les chrétiens, jouirent dans les pays musulmans- je pense à l'Empire ottoman - d'un statut particulier et de la liberté religieuse. L'exemple de la Grèce, qui après cinq siècles de vassalisation ottomane est restée chrétienne, est significatif.

Les sionistes jouirent, au début de leur implantation, de la sympathie de tous les Etats européens. Normal, ces derniers, vivant un complexe de culpabilité, soutenaient le nouvel Etat dans sa genèse.

Et puis, il y avait toujours, sous-jacent, le vieil antisémitisme qui consiste à affirmer: "C'est bien que les juifs aient leur pays !"
Or les juifs, Sartre, l'a très bien expliqué, ne sont que dans la mesure ou "l'autre" les identifie comme tels. Il n'y a pas de juifs en dehors des pratiquants d'une religion. Pas de race, pas d'ethnie particulière. Rien.
Israël va trop loin en s'appropriant la mémoire de toutes ces victimes innocentes massacrée atrocement: ces hommes et ces femmes ne sont pas morts pour que vive Israël. Comme tous les braves gens, ils souhaitaient vivre en paix dans leur paix à eux; l'Allemagne, la Pologne, la Hongrie, la France etc...

Cette appropriation de la mémoire par les sionistes est abusive et indécente.
Quand le Président iranien, Monsieur Ahmedinejab, dit que si les juifs souhaitent un territoire c'est aux Européens  ou aux Américains de leur en donner un, il ne fait pas de l'humour.
C'est logique !
C'est aux bourreaux de payer, pas aux autres !


Commenter cet article