Israël, cette '"unique démocratie au Proche-Orient"

Publié le par Ali

av3


 

Hier, un peu partout en France, des manifestants dans les rues.  Des hommes, des femmes, des enfants, des seniors, des musulmans, des chrétiens, des juifs de l’Union des juifs pour la Paix, des communistes, des gauchistes, des élus de ces partis, quelques verts, pas d’UMP, pas de socialistes ( !)… il y en a qui devront rendre compte.

Les slogans, vous les connaissez tous, pas besoin de les ressasser.

L’ordre, la discipline, la dignité étaient au rendez-vous ; peu d’incidents, un MacDo pris pour cible à Nice. MacDo est une provocation permanente.

Au lendemain de cette manif, penchons-nous sur un argument que les sionistes brandissent à bout de bras et à court d’arguments : « Nous sommes la seule démocratie au Proche-Orient ! »

Ah, bon !

Israël une démocratie ! c’est-à-dire un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Pas précisément…

Israël n’a pas de Constitution comme tout Etat qui se respecte (La Grande-Bretagne non plus, mais elle a une Charte qui date du XIVem siècle et une tradition démocratique qui ne souffre pas de commentaires).

Pas de Constitution en Israël, mais une Déclaration qui date de 1948 et stipule qu’ Israël est « l’Etat des juifs » ! Israël a contrario n’est  pas l’Etat des chrétiens, des musulmans, des rien du tout etc..

Un peu comme si l’Italie se déclarait « Etat des catholiques »…

Moi, je veux bien, mais je n’appelle pas cela une démocratie.

Le corollaire de cette déclaration liminaire c’est l’absence de nationalité israëlienne !

Eh oui ! on parle d’Israëliens, d’arabes israëliens etc… mais « israëlien », ce n’est pas une nationalité, c’est une résidence, rien de plus, rien de moins. Vous pouvez être né en Israël, ne parler que l’hébreu et avoir une nationalité différente de votre voisin qui lui aussi est né en Israël et ne parle que l’hébreu.

En fait, il y a en Israël des citoyens que je qualifierai de premier ordre et qui ont la nationalité « juive ». Ensuite, il y a les autres qui sont les arabes d’Israël et qui ont la nationalité « arabe », et puis des résidents israëliens qui ne sont pas juifs mais « russes », « polonais », « espagnoles » etc… ce sont souvent les conjoints de couple mixte ou des Russes non reconnus comme juifs par le rabbinat.

Ces derniers ne jouissent pas des mêmes droits et devoirs (comme accomplir le service militaire) des « juifs ».

La France est une démocratie (encore que…mais cela est une autre histoire)… vous imaginez tous ces distinguos chez nous ?

En Israël, il n’y a pas de séparation entre l’Eglise (en l’occurrence le rabbinat) et l’Etat. Les juifs orthodoxes reçoivent une subvention de l’Etat et ne sont pas astreint au service militaire.

Les moines chrétiens et les imams ne perçoivent pas de subventions. Et sont exemptés d’obligations militaires car ils ne sont pas juifs.
Pour complaire aux orthodoxes, certains services pourtant vitaux, sont fermés les samedi, ainsi, la compagnie aérienne nationale ne vole pas ce jour là !
Les mariages mixtes sont interdits (comme en Afrique du Sud ou aux Etats-Unis avant la fin de l’apartheid !!)

Alors, un couple mixte pour se marier, doit aller à l’étranger.

Démocratique ?

Dans les années 60, un cas a dû être tranché par la Cour Suprême d’Israël. Un jeune juif polonais avait été recueilli durant la guerre par des religieux catholiques. Après le conflit, il s’était converti au catholicisme et, au début des années 50, était parti vivre comme moine dans un monastère en Israël. Le voilà qui demande, au bout d’une dizaine d’années, la nationalité israëlienne, mais il proteste quand l’administration ne veut pas l’inscrire comme « juif ». Il est d’origine juive, né de parents juifs, mais converti au catholicisme, n’a droit qu’à la mention « polonais» sur sa carte d’identité. La Cour Suprême a donné raison à l’administration. 
Arrêt révélateur qui prouve qu’Israël ne se voit que comme « Etat des juifs » et qu’elle donne à cette dénomination une dimension confessionelle inconnue dans toutes les démocraties qui se définissent comme telles.
Au fond, il y a peu de différences entre l’Arabie Saoudite, monarchie théocratique qui se veut « sanctuaire des musulmans » et cet « Etat des juifs ».

Alors, que les sionistes cessent de nous rabattre les oreilles avec leur prétendue « unique démocratie au Proche-Orient » !

Propagande, quand tu nous tiens…

 

 

Commenter cet article

denis Zodo 15/01/2009 18:23

bonjour, votre approche d'analyse  m'interesse. vos critiques sont justes et bien pointues. Je déplore le silence coupable des pays qui s'otoient la palme d'or d'une vraie démocratie,je veux parler des occidentaux.que font-ils des droits humanitaires et les droits de l'homme. ILS préfèrent tuer les innocents palestiniens, qui ne demandent qu'à vivre sur leur sol.LES Israeliens doivent comprendre, qu'il y a une terre pour deux peuples. à bientôt

Charlotte 12/01/2009 17:17

Excellent article Ali que je relaie sur le panier, as-tu vu les nouvelles armes employées contre les Palestiniens, c'est l'horreur ! Ils doivent être jugés pour crimes contre l'humanité !Bien à toi