Gaza: un premier bilan

Publié le par Ali

 

Soyons réalistes... les bilans présentés par les uns et par les autres sont, vous vous en doutez,  drôlement trafiqués.
Alors ce qui suit est à prendre avec un sens critique, mais éclaire d'un jour différent les statistiques sionistes.
Je souligne qu'Israël est parti massacrer le Hamas. Le Hamas est toujours là. Est parti pour détruire les tunnels. Il en reste 400 sur 1.000 d'après l'entité sioniste elle-même.
Pour libérer le mercenaire français prisonnier du Hamas. Il l'est toujours.
La défaite d'Israël est totale sur le plan médiatique. Israël s'est deshonoré et a failli entraîner  dans son deshonneur les juifs.
Le Hamas désormais est incontournable, champion de la rue arabe avec le Hezbollah libanais. 
Et qui dit Hezbollah ou Hamas, pense Iran.
Les dirigeants occidentaux vont-il comprendre que la donne est changée.
Ce M. Obama qui émerge sur la scène aujourd'hui, en prendra-t-il 
conscience ?
Rien n'est moins sûr...
Ce qui serait dramatique, car alors, croyez-moi, les massacres ne feront que commencer

 


ABU OBEÏDA FAIT LE BILAN

En direct, sur de nombreuses chaînes, Abu Obeïda, porte-parole des Brigades Ezzedine Al Qassam a affirmé que la victoire revenait à la résistance.
  • Plus de 40 chars auraient été détruits.
  • 1 chasseur aurait été abattu et de très nombreux hélicoptères touchés.
  • Plusieurs soldats israéliens auraient été capturés. Un émissaire israélien aurait été envoyé afin de les libérer. Devant le refus du Hamas, Israël aurait volontairement tué ses propres soldats.
  • 49 soldats israéliens auraient été tués.
  • Près de 900 roquettes quassam tirées et 150 missiles GRAD.
  • Le Hamas laisse 1 semaine à Tsahal pour se retirer. (Les troupes israéliennes ont débuté leur retrait)
Malgré les déclarations de Ehud Olmert et de Ehud Barak, il est clair que l'objectif de l'opération Plomb durci n'a pas été rempli. Tsahal devait dans un intervalle de temps restreint (transition aux Etats-Unis, élections en Israël en février et fin du mandat de Mahmoud Abbas) détruire l'infrastructure politique et militaire du Hamas ce qui n'a bien sûr pas été accompli. Le Hamas est probablement affaibli. Il a perdu des résistants, des armes etc. Mais politiquement, il en sort très largement grandi. Il a récupéré la sympathie d'une bonne partie de la Cisjordanie et la population de Gaza ne lui a pas enlevé son soutien.

Israël a tout perdu

Sur le terrain, Abu Obeïda nous en apprend beaucoup sur les méthodes de Tsahal. Il a affirmé qu'il n'y avait eu que 2 phases à l'opération militaire israélienne. Jamais les israéliens n'ont pu atteindre le coeur des camps. Il a assuré également que l'armée sioniste était "la seule au monde à ne pas savoir combattre au sol".

Puisque l'Etat Hébreu n'a pas pu se défaire de la force politique que représente le Hamas. Il lui faudra maintenant négocier directement avec le visage de la résistance. L'autorité palestinienne incarnée par Abu Mazen n'a plus aucune légitimité et des élections pourraient voir le Hamas étendre son pouvoir.

Sur le plan économique et humain, les Gazaouis auront évidemment perdu beaucoup. Les dirigeants arabes devraient participer à la reconstruction de la Bande de Gaza.

Mais la victoire est d'abord symbolique et politique. C'est aussi la démonstration nette de la capacité accrue de résistance militaire des Brigades palestiniennes. Abu Obeïda a insisté sur le caractère artisanal des roquettes utilisées, des roquettes allant toujours plus loin, plus fort et plus précisemment.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article