Plaidoyer pour l'Iran.

Publié le par Ali

J'ai déjà écrit ce que je pense de ce site plutôt de la "droite extrême", mes réserves, cependant, n'enlèvent rien à la pertinence du jugement de l'auteur de l'article.

http://www.voxnr.com/cc/tribune_libre/EkFklZkyAEGtEuZauu.shtml


Pour l'Iran
Claude Bourrinet

Pour l'Iran
La fumée du phosphore se dissipant douloureusement, le combat va se situer (ou va continuer à se situer) sur le terrain de la propagande et des ONG, du moins de celles qui demandent que soient traduits devant le TPI les criminels de guerre hébreux. Mais inutile d'attendre que l'OTAN intervienne militairement et bombarde Tel Aviv !

Il est nécessaire cependant de clarifier, dans le fond, la nature de la lutte qui est en train de se mener au Proche et au Moyen Orient. En effet, le problème de la Palestine ne présente, pour nous, qu'un enjeu stratégique. Il cristallise des tensions qui lient dans un noeud digne de celui de Gordias l'empire yankee, le messianisme israélite, et la résistance de la Oumma à la modernité. Les Palestiniens, et leurs intérêts, sont somme toute secondaires. L'Europe, si potentielle qu'elle soit quant à sa puissance, aurait plutôt quelque chose à gagner par l'affaiblissement de ces forces d'ampleur planétaire, car elles contribuent à l'encercler et à l'étouffer. Je ne vois pour ma part aucune pertinence à renforcer le camp américano-sioniste. Il est même criminel, de notre point de vue, de le faire. Il est aussi stupide, par ailleurs, de renforcer l'islamisme. Ce qui ne signifie pas qu'il ne faille parfois soutenir l'un contre l'autre, les USA constituant pour le moment le danger le plus pressant.

Il est vital néanmoins que les musulmans sachent que les Européens qui se savent n'adhèrent et n'adhèreront jamais à leur vision et à leur mode d'existence, et que nous resterons toujours fidèles à nos dieux, qui, par ailleurs, n'ont jamais dédaigné le vin de nos coteaux, le visage et le corps de nos femmes, et la puissance de l'image, de l'icône, qui, pour nous, est le lien avec le sacré. Ce qui suffit à nous séparer radicalement des sources judaïques des Religions du Livre.

Il paraît aussi essentiel de distinguer le sunnisme et le chiisme. Les éclats de l'urgence, celle du combat, ont occulté une faille religieuse, idéologique, géostratégique extraordinairement importante pour l'avenir immédiat. Les dissensions entre l'Iran et les Etats arabes n'ont pas été sans conséquences dans la relative facilité avec laquelle les Etatsuniens ont pu intervenir dans cette zone singulièrement turbulente. Qu'ils aient quelque problème à s'y maintenir dans le temps dépend justement de la permanence de la force sioniste dans la région, Israël étant leur principale base militaire.

Il faudrait donc rappeler tout ce qui sépare la source Coranique, sémitique, mahométane de l'Islam, et le schisme qui sépara l'ancienne Perse, l'Iran, le pays des Aryens du reste de la Oumma. Il faudrait aussi étudier les vestiges, dans la mystique iranienne, du zoroastrisme, et dans la tradition historique de ce vieux pays indo-européen, les traces de la tripartition sacrée dont nous sommes, nous, Européens, redevables dans notre propre genèse.

Ainsi la confrontation entre, d'une part, les USA et Israël, et, d'autre part, cet antique Pays iranien, qui, d'une certaine façon, entretient avec nous des rapports lointains de cousinage, est-elle d'une autre nature que ce qui se passe actuellement en Palestine, aussi révoltants les méfaits sionistes nous paraissent-ils. Car, en défendant l'Iran, nous nous défendrons d'une certaine manière. 

Commenter cet article