Un Président dans les filets

Publié le par Ali

S.S. Benoît XVI et M. le chanoine de Latran


C’est le regard du boxeur dans les filets, qui cogne à gauche, à droite, droit devant et se reprend à espérer, seulement voilà, les jambes fléchissent, le souffle devient court et l’adversaire est bien là qui se dandine souplement face à lui, joue avec ses peurs et cogne, cogne, cogne…
Voilà l’image que m’a donnée le Président tout au long de sa laborieuse prestation d’hier soir.
Ah ! il a des raisons d’être déboussolé, lui qui admirait les très riches, les courtisait, recherchait leurs faveurs …de quoi être
 déçu ! Ce capitalisme qu’il portait aux nues se révèle immoral, cynique et destructeur, ces grands patrons qu’il avait pour modèles, à l’usage sont moins invulnérables et plus égoïstes qu’il ne croyait les connaître.
Déception quand tu nous tiens…
Le voilà donc privé d'icônes, orphelin de références, perdu au milieu d’un océan de mécontentements, d’angoisses, de colères… il y a de quoi psychoter.
Son modèle, ne l’oublions pas, c’était Bush ! Il admirait son parler provocateur, sa candeur complice face aux nantis, il voulait importer le système des subprime et règner sur un peuple de petits propriétaires de « sam’suffit » béats et reconnaissants. Il se voyait déjà à la table des surpuissants, à la place d’honneur bien entendu, partageant le pain et le vin de somptueux dividendes.
Aujourd’hui, il a des mots durs, un peu comme l’ado qui réalise que ses parents ne sont pas les demi-dieux qu’il décrivait fièrement devant ses copains.

Et il n’aime pas ne pas être aimé. C’est un grand gosse qui a besoin d’amour... mais si ! Il va les revoir, ces ouvriers qui l’avaient accueilli il y a un an avec du riz et qui l’attendent demain avec des boulons… il leur dira tout !

Il s’est réconcilié avec Rama, c’est une brave fille dans le fond…et Kouchner aussi, il l’aime… faut pas tout croire.
Et les ouvriers, il les aime bien aussi, eux,
 ils ont quand même droit à un bout de gâteau, non ?

Les patrons d’industrie, c’est pas comme ces financiers retors, ce sont des types honnêtes et sérieux, faut les aider, ils vont plus payer la TP.
Les étudiants comprennent pas ses grandioses projets pour l’Université ? Qu’importe, on leur expliquera patiemment où se situe le bonheur.

Après tout, le bonheur est une notion quasi métaphysique. Il faut, de temps en temps, regarder le ciel, c’est le chanoine de Latran qui parle…
Il a une envie folle de décoller d’un monde aussi terre-à-terre…
L’ennui, c’est ce type en face qui continue à l’assomer…



 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article