L'antisémitisme pour faire oublier Gaza

Publié le par Ali



Durant tout  le mois de janvier, le monde médusé a été témoin de la barbarie sioniste à Gaza.

Cette explosion de violence aveugle n’a pas été sans marquer les esprits et susciter des réactions partout dans le monde. On ne compte pas le nombre de protestations officielles ou non, d’éditoriaux accusateurs et de poursuites judiciaires, comme en Espagne. Nombreux furent les juifs à se désolidariser publiquement de cette boucherie. C’est tout à leur honneur. Aux Etats-Unis, un lobby juif minoritaire « J-street » a vu le nombre de ses membres quadrupler durant cette agression ; il est vrai que ce lobby se démarque de la soumission totale à la politique israëlienne comme le fait l’autre, l’AIPAC, le lobby « officiel » sioniste, et prône une politique réaliste et respectueuse des droits des palestiniens.

Alors, comment faire pour restaurer l’influence des lobbies sionistes et reléguer Gaza au rang des évènements ponctuels que l’on oublie une fois l’émotion première passée ?

Très simple, il suffit de ranimer le spectre de l’antisionisme.

Ces derniers temps, la presse se fait l’écho de la « résurgence de l’antisémitisme », du « trouble des juifs de France », de « l’inquiétudce des autorités face à… »

Face à quoi ? Il y eut, c’est vrai, quelques synagogues agressées et nous sommes les premiers à le dénoncer avec force et vigueur. Mais ce fut bien tout ! Que je sache, aucun israëlite ne fut pris à partie, molesté, volé ou menacé dans sa personne.

En fait, cette campagne ne repose que sur une chose : faire oublier Gaza et en revenir aux fondamentaux qui veulent que sans Israël, le juif est menacé partout dans le monde. Israël serait ainsi indispensable à la survie du « peuple juif ».

Israël est né, faut-il le rappeler, du massacre abominable des juifs par les nazis et leurs complices européens. S’il n’y avait eu ces horreurs, les juifs en Europe serait restés ce qu’ils étaient, des Allemands, Polonais, Français ou Roumains marqués, certes,  par un culte et une culture yiddish propre, mais enracinés dans ces terres d’où personne n’avait le droit de les chasser.

Quant aux juifs d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, ils n’ont jamais été persécuté par les musulmans. Jamais ! L’antijudaïsme est inhérent au christianisme, pas à l’islam qui ne peut, et pour cause, accuser les juifs d’avoir tué Dieu.

Travailler la fibre antisémite, c’est donner du grain à moudre aux sionistes, en remettre une couche sur les massacres nazis, c’est faire de l’ombre à leurs propres exactions et instrumentaliser l’annihilation d’hommes, de femmes et d’enfants qui ne sont pas morts pour que vive Israël.

Et cette campagne médiatique survient à quarante-huit heures du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France. Dîner fort prisé par des politiciens désireux de se faire adouber par le lobby. L’année dernière, pour la première fois, le Président de la République s’y était rendu en personne, jamais avant Sarkozy un Président n’avait fait cela.

Cette année, il paraît qu’il ne s’y rendra pas. A-t-il peur de rencontrer des manifestants sur son chemin ? Les protestations des uns et des autres, et pas des moindres, l’en ont-il dissuadé ? On verra.

A vous, mes amis, de ne pas vous faire abuser par cette propagande qui arrive à point nommé. Gaza est détruite, il y en a pour plus de deux milliards d’euros de dégâts qui seront assumés par l’Union Européenne (soit vous et moi, on se demande pourquoi le destructeur ne doit pas payer lui aussi …) ; mais à part les dégâts matériels il y a les morts, les blessés et ces traumatismes de l’âme qui engendrent l’esprit de revanche et la haine.

Ne succombez pas à cette machination, la victime reste celui qu’un régime brutal a privé de toit, de famille et d’enfants.

Et pire que tout, d’espoir !

Commenter cet article