A Genève, l'Occident se débine !

Publié le par Ali





A Genève va se tenir la conférence de l’ONU sur les droits de l’homme. Déjà les Etats-Unis ont décidé de n’y participer qu’à titre d’observateur, les pays européens se tâtant pour savoir s’ils vont y aller et à quel titre.

La conférence, cette année, est présidée par la Lybie et le secrétariat assumé par l’Iran, rien de moins !

A la dernière conférence qui se tenait à Durban en Afrique du Sud, les pays d’Afrique et d’Asie avaient amplement critiqué l’Occident pour ses manques en matière d’application des droit de l’homme,accusé Israël de racisme et condamné le sionisme.

Ces « droits universels de l’homme », émergence de la Révolution française sont en quelque sorte la carte de visite de l’Occident (et de la France en particulier) ; ils appellent de notre part deux remarques :

De quels droits pontifions-nous que ces droits sont universels, c’est-à-dire applicables dans toutes les régions du monde et à tous ses habitants ? C’est méconnaître les particularités des uns, les traditions des autres. Les hommes sont égaux entre eux, certes, mais cette approche de l’égalité peut et même doit se faire en respectant les us et les coutumes de chaque entité humaine. Prétendre d’emblée qu’ils sont « universels », voilà bien l’arrogance et la morggue occidentale !

Et puis, c’est très beau de prêcher ces droits de l’homme et de désigner d’un doigt de justicier ceux qui auraient l’audace de les contourner, cela n’a pas empêché l’Occident de les violer à chaque fois que son intérêt était en jeu. Voyez la terreur de la Révolution Française, le colonialisme le moins respectueux des droits des indigènes, la complicité dans l’exécution du massacre des juifs, les invasions du Viet-Nam, de l’Irak, de l’Afghanistant et j’en passe et des meilleures.

Pas étonnant que, dans ces conditions, les droits de l’homme ne soient pas considérés comme universels par tout le monde, mais tout simplement inféodés aux visées de l’Occident dont ils ne constituent rien d’autre que leur justification morale.. Des droits que l’on met en avant s’ils servent les intérêts des plus riches et repus !

Alors, il ne faut pas s’étonner que pour une fois que des pays non-occidentaux ont la parole sur ce sujet, ils la prennent et mettent le doigt là où cela fait mal.

Les Américains et européens le savent si bien qu’ils vont s’abstenir de se rendre à Genève ou d’y participer. Encore une manifestatin de ce sentiment de supériorité qu’ils affichent dès qu’on ose les mettre en accusation.

Ce serait pourtant plus simple d’accepter pour une fois et pour quelques jours seulement que la parole soit donnée à ceux qui ne l’ont presque jamais sur ce sujet et que tout ce beau monde accepte de discuter, d’échanger, bref de dialoguer d’une manière ou d’une autre, l’essentiel étant de se parler.

De convenir que notre manière de voir et concevoir les droits de l’homme peut aussi l’être, d’une manière différente, par des peuples autres que des blancs, catholiques ou protestants.

Que des musulmans, des bouddhistes ou des animistes ont aussi leur opinion à ce sujet.

Que le monde ne se dirige pas seulement avec une seule partition.

Qu’à l’instar d’un orchestre, le chef peut changer avec la partition.

Madame Caroline Fourest avec laquelle je ne suis pas toujours en osmose n’a rien écrit d’autre que ce qui précède dans un récent papier du Monde.

Commenter cet article