Genève: Ahmadinejad sauve l'honneur.

Publié le par Ali





Après la fin de la seconde guerre mondiale, ils [les Alliés] ont eu recours à l'agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte de la souffrance juive", a-t-il expliqué à la tribune. "Ils ont envoyé des migrants d'Europe, des Etats-Unis et du monde de l'Holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée (...) Des efforts doivent être faits pour mettre un terme aux abus des sionistes et de (leurs) partisans"
(M. Ahmadinejad)

Et voilà, c’est fait. Nos Excellences européennes ont, d’un accord unanime, quitté la salle quand le Président Ahmadinejad a traité l’entité sioniste comme elle le méritait : raciste !

Et les voilà, ces pontifiants, qui s’en vont ! Pas touche à Israël !

Mais de quel droit donnent-ils des leçons d’anti-racisme au monde entier ?

Les nazis n’étaient pas des Tamouls, ni des musulmans. L’esclavage, c’était la bonne affaire pour les colons des Amériques. L’antijudaïsme des européens ne date pas d’hier, que je sache.

Comment accueille-t-on les immigrés (légaux) dans nos pays de si vieille culture et civilisation ? Mal ! Ayez un patronyme arabe et cherchez du travail avec ça, je vous souhaite bien du plaisir. Quant aux illégaux , ils se retrouvent dans des camps de concentration, appelés « centre de rétention » d’où, dans des conditions limites, ils sont renvoyés chez eux en vertu de quotas d’expulsion comme, dans une entreprise privée, il y a des quotas d’exportation.

M. Ahmadinejad a traité Israël de raciste. Voilà un « Etat » qui dans sa déclaration liminaire, qui date de 1948, précise bien qu’Israël est un Etat pour les seuls juifs à l’exclusion des autres.

Ce qui fait qu’un arabe de Haiffa, dont l’arrière grand-père y est né, a moins de droit qu’un Américain, né à Brooklyn, qui y habite et parle anglais en famille !

Israël a massacré récemment d’une manière abominable des centaines de civils à Gaza et est sous le coup d’une enquête pour crime contre l’humanité instruite par les Nations Unies.

Et l’on devrait se taire ?

M. Ahmadinejad a mis le doigt là où cela fait mal et il a eu raison. Ne rien dire, occulter, faire comme si rien ne s’était passé est une attitude de faibles et de lâches, conforme à celle de la politique americano-européenne. C’est son deshonneur, mais peut-on encore accorder de l’honneur à ces gens là ?

Et puis, après tout, que nous importe leur indignation feinte ou réelle ? Ils sont les minoritaires de la terre, ils n’ont plus que leur fric et, tout le monde le sait, l’argent, au bout du compte, corrompt mieux que l’acide.

Nous somme loin, très loin, de ce bon Monsieur de Montaigne qui, dans ses Essais, remarquait que, quand même, réduire en esclavage des noirs n’était pas conforme à la doctrine chrétienne et même constituait un crime dont nous devrions rendre compte un jour.

C’était en l’an de grâce 1580.

La grâce nous a quitté !

 

 

  

Commenter cet article