Ces Evangéliques qui justifient l'injustifiable

Publié le par Ali


Extrait du documentaire "Jesus Camp"

Dans un contexte d’injustice sociale généralisée, comment faire pour éviter la remise en cause du système ? Voilà la grande question que se sont posés les totalitarismes tout au long de Histoire.
Pour faire court, deux solutions furent trouvées :
Instaurer un état dictatorial, centralisé, liberticide et normatif.
Instaurer une démocratie parlementaire.
La première solution prévalut tout au lond des siècles des siècles mais, au fur et à mesure de l’évolution humaine, elle devint de plus en plus difficile. En effet, tout régime dictatorial pour durer doit justifier sa dictature et l’explication est toujours trouvée dans l’ennemi extérieur qui menace le pays et les complices intérieurs (des minorités ethniques ou religieuses) qui soutiennent cette menace.
La deuxième solution est plus simple. Il s’agit, ni plus ni moins, d’associer le peuple au système qui l’opprime. Le faire participer à sa prore exploitation ! C’est le régime parlementaire dont l’essence, vu le jeu des groupes de pressions, est la corruption (cfr. Marx).
Dans un cas comme dans l’autre, il y a aussi la superstructure religieuse ou philosophique qui apporte sa justificiation.
Ainsi en va-t-il de cette nébuleuse de sectes protestantes appelée « évangélique » et qui se caractérise (pour la majorité d'entre elles, il y a des exceptions) par sa docilité béate et complice au discours ultra-conservateur qui est celui de quarante  pour cent de l’électorat etats-uniens.
Ils prêchent, en contradiction avec l’esprit du christianisme, une justification de la prospérité et une métaphysique du profit destinées à offrir une base ( ?) théologique à l’action politique, militaire et sociale des dirigeants de ce pays.
Ils font de leur pays une « Jérusalem céleste », dont ils sont les seuls gardiens du Temple.
Tout qui ne va pas dans leur sens est, bien entendu, excommunié du « christianisme » dont ils sont, eux, les seuls représentants !
Pour eux, l’ennemi est celui qui ne va pas dans leur sens. L’étranger qui ne s’intègre pas, le fidèle d’une religion extérieure à leur paysage : musulman ou catholique, proies de choix !
Il y avait aussi, jusque dans les années soixante-dix, le juif, trop à gauche, intellectuel et, par essence, cosmopolite ; mais, depuis le théocratisme triomphant de l’Etat d’Israël, ils l’ont incorporé dans leur vision eschatologique et substitué au juif, le catholique. Bienvenue au club !
Même totalitarisme dans la morale, cette dernière est minimaliste,  axée sur le comportement sexuel et les signes visibles et rassurants d’une quotidien aseptisé.
Ne pas minimiser leur influence qui se traduit, entre autres, par une suspicion de tout ce qui est pensée libre et impertinente, détestation de la joute intellectuelle, de la remise en cause, de la contestation. L’ordre établi, ils en sont les garants !
Et cette manière de vivre et de penser, ils l’exportent.Voyez leurs temples, music-hall kitchs, qui foisonnent un peu partout… qui les finance jusque dans ma campagne méridionale ? qui les anime ?  L’argent des évangéliques américains !
Restons-en là pour aujourd’hui, il y a encore beaucoup à dire de cette cinquième colonne qui n’a rien d’angélique mais participe à l’oppression des peuples.

Commenter cet article