Israël et l'Union Européenne curieusement alliés

Publié le par Ali




C'est « Le Canard » qui le révèle dans sa parution de ce mercredi: l'Europe ne soutient absolument pas Obama dans sa détermination de faire fléchir le gouvernement sioniste dans sa détermination à ne pas amorcer des discussions menant à la création d'un Etat palestinien. La récente visite de Netanyahou à Washington s'est faite dans un climat plutôt frais sinon glacial, mais le dirigeant sioniste n'en a cure, il sait, il a reçu des assurances: les européens n'en demandent pas tant.

Le 8 mai dernier, à Berlin, des représentants des ministres des Affaires etrangères de France, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne et Espagne ont discuté du « processus de paix » en panne au Proche-Orient et puis en sont venus à l'essentiel: le renforcement des liens entre l'U.E et Israël.
Affaires obligent !

Ce resserrement n'est assujetti à aucune conditions quelconque: pas de traces du gel des colonies, pas de soupçon de création d'un état palestinien. Du côté de l'Europe, le gouvernement d'Apartheid a les coudéees franches. Netanyahou, de ce côté là est assuré. « La position allemande et italienne... est qu'il ne faut pas établir de liens entre le processus de paix et le rehaussement de la relation avec Israël » Voilà, c'est écrit !

Mieux ! L'Europe, sans que le Parlement de Strasbourg soit consulté (et l'on se demande parfois à quoi il sert, celui-là...) a décidé de renforcer ses liens avec l'entité sioniste, cela c'est passé le huit décembre dernier et, comme par hasard, la même semaine l'aviation sioniste a attaqué Gaza. Et, tant qu'à faire, les sionistes ont multiplié les provocations et les menaces à l'encontre de l'Iran.

L'administration Obama souhaite inaugurer des relations pacifiées avec la République islamique et, dès lors, invite les sionistes a un minimum de calme. Avec l'appui inconditionnel des Européens, pour quoi ces derniers se gêneraient-ils ? Les services secrets européens et américains sont inquiets: « la pire approche est possible ».

On en est arrivé à se demander, non pas si le gouvernement sioniste est capable d'une offensive unilatérale contre l'Iran, mais s'il peut l'éviter !

Dans cette dernière hypothèse, quelle sera la réaction des Européens (ou du moins de ceux qui les représentent si bien...) ? Netanyahou et consorts savent que, que de ce côté de l'Atlantique, rien ne prouve que la réprobation sera de mise.
Pire, les discours quasi mystiques de Netanyahou inquiètent les Américains et certains Israëliens. Ne prêche-t-il pas que l'Holocauste (comme il dit) risque de se reproduire et que « tout » doit être mis en oeuvre pour l'éviter.
« Tout », dans la bouche de ce genre de personnage cela veut dire encore plus de massacres, de destructions, de carnages et d'injustices.

L'Europe, qui se targue de sa civilisation bi-millénaire, ferait mieux de remettre ce triste personnage à sa place.
L'asile !


Commenter cet article