Allègre rentre au gouvernement !

Publié le par Ali

Excellente nouvelle ! On va rigoler !

http://www.rue89.com/2009/05/22/allegre-a-moscovici-je-rentre-au-gouvernement

L'ancien ministre de l'Education a démenti mollement, mais selon le député du Doubs, « c'est fait ». Il serait nommé à l'Industrie.

Claude Allègre arrive à Matignon pour rencontrer François Fillon, en septembre 2007 (Benoit Tessier/Reuters)

Après des semaines et des mois de rumeurs, « c'est fait », selon Pierre Moscovici. Claude Allègre, ancien ministre de l'Education nationale du gouvernement de Lionel Jospin, lui aurait confié : « Je rentre au gouvernement », lors du remaniement prévu après les élections européennes du 7 juin.

Le député socialiste du Doubs l'a affirmé ce vendredi à « Parlons Net », le club de la presse Internet, dont Rue89 est partenaire, après l'avoir « croisé il y a quelques jours au restaurant ».

Appelé à préciser sa citation, Pierre Moscovici répète : Claude Allègre lui aurait dit : « Je vais entrer, c'est fait. » Et de décrire l'épisode :

« Il déjeunait avec Catherine Pégard, qui est conseillère à l'Elysée. C'était dans un resto où il y avait du monde, il n'y a pas de secret. » (Voir la vidéo)


« Si on me propose quelque chose d'intéressant »

Contacté par RTL, Claude Allègre dément toutefois. Il confirme la rencontre dans un restaurant, mais donne une autre version de la discussion : « Alors tu entres », lui aurait dit Pierre Moscovici, et il aurait répondu : « Tu verras bien. »

La journaliste de RTL reconnaît que c'est un démenti mou : « Ce n'est pas totalement non, il reste le suspense planer. Il me dit qu'il n'y a rien de nouveau, qu'il n'y a rien de concret. » L'ex-ministre socialiste a d'ailleurs ajouté :

« Si on me propose quelque chose d'intéressant, si j'ai la santé pour le faire, alors j'envisagerai le problème. »

D'autant que l'hypothèse d'une entrée au gouvernement avait déjà été évoquée par Claude Allègre lui-même, pas plus tard que le 9 mai dernier, dans un entretien accordé au JDD. Il espérait un ministère élargi de l'Industrie :

« Si je redeviens ministre, ce sera dans un domaine précis. Un Miti français (ministère du Commerce international et de l'Industrie au Japon), c'est le genre de chose qui m'intéresse et qui intéresse le président de la République. Mais je ne serai jamais plus ministre de l'Education nationale ! C'est un poste difficile, peut-être le plus dur. »

« Il est capable de vous foutre un merdier »

Dressant au cours de l'émission une galerie de portraits des actuels ou futurs ministres d'ouverture, Pierre Moscovici range pourtant l'intéressé dans la catégorie des politiques qui « assument », mais Nicolas Sarkozy ne goûte guère ceux qui se répandent dans les médias pour annoncer leur nomination avant l'heure.

« Je connais très bien Claude Allègre, on a été très amis aussi, je lui dois beaucoup », poursuit-il, décrivant « un homme qui a des qualités énormes, notamment une, c'est que c'est un type qui est vraiment créatif. » Avant de tempérer immédiatement :

« Il a aussi des défauts énormes, c'est-à-dire qu'il est capable de vous foutre un merdier avec une population… »

Estimant donc que Claude Allègre « va être ministre de l'Industrie », Pierre Moscovici y voit une rupture avec l'actuel titulaire du portefeuille :

« Luc Chatel, c'est le genre propre sur soi, cadre sup, diplomate… Ca marche bien d'un certain point de vue avec les patrons de l'industrie. Claude Allègre, si un type ne lui revient pas, il lui fout deux claques. »

A l'UMP, cette arrivée ne fait évidemment pas l'unanimité. Pour Claude Goasguen, député de Paris « hostile aux pratiques d'ouverture depuis le début », « il ne faut pas confondre l'ouverture et le mercenariat ».


« Les socialistes sont des cons et Sarkozy est formidable »

« C'est un pari risqué », conclut le député socialiste du Doubs. Il souhaite même « bon courage » à Nicolas Sarkozy, à qui il « peut apporter autant de problèmes » que de solutions.

L'apanage de la franchise, selon Pierre Moscovici, ce qui ne caractériserait pas Bernard Kouchner, l'actuel ministre des Affaires étrangères qui avait tergiversé avant d'annoncer qu'il voterait UMP aux élections européennes :

« Lui ne fera pas semblant. Il ne dira pas : “Je ne sais pas pour qui je vote…” Lui il dit : “Les socialistes, je ne les reconnais plus, ce sont des cons et Sarkozy est formidable.” C'est le modèle cynique. Mais c'est mieux. Ce qui est ennuyeux pour la gauche, c'est l'ambiguïté.

Pour les personnes aussi, c'est un peu ridicule. J'aime Kouchner, je n'aime pas Besson. Je préfère l'attitude de Besson à celle de Kouchner parce qu'au moins il ne fait pas semblant, il est passé de l'autre côté. »

« Dégraisser le mammouth »

Ministre de l'Education nationale entre 1997 et 2000, Claude Allègre n'a en effet jamais mâché ses mots, quitte à froisser à plusieurs reprises le corps enseignant. France 2 avait réalisé un florilège de ses petites phrases, en mars 1999.

Tout le monde se souvient de sa volonté de « dégraisser le mammouth », de la stigmatisation de « l'absentéisme dans l'Education nationale », de la critique des « enseignants qui ont quatre mois de vacances » ou encore de la dénonciation du « corporatisme » des syndicats. (Voir la vidéo)


Commenter cet article