Un culte à ne pas sacrifier

Publié le par Ali





Un juif religieux me faisait récemment remarquer qu'Israël, cette entité coloniale qu'il récuse autant que moi, ne pouvait décemment se réclamer du judaïsme, mais bien d'un patchwork doloriste et ressenti auquel il donne le nom de « religion shoatique ».

Il y a un temps pour les morts et un temps pour les vivants. Les vivants doivent rester parmi les vivants, c'est pourquoi, chez nous, le contact d'un cadavre est impur, m'explique-t-il. Si le souvenir des morts est légitime, la mort, elle, n'appartient qu'au Créateur qui en fait ce qu'Il veut. A la différence des anciens Egyptiens, nous ne sommes pas un religion de la mort, mais de la vie et de la vie qui porte témoignage d'elle-même et de Celui qui l'a crée.

L'Eternel a donné, l'Eternel a repris, loué soit le nom de l'Eternel !

Voilà comment se conclut le rituel de deuil, chez nous, les juifs. Après, c'est l'affaire de Dieu et de Dieu seul.

Le fait fondateur de l'entité sioniste est le massacre de juifs par les Allemands et ce fait est sacralisé jusqu'au sacrilège, il dépasse sa dimension propre qui est crapuleuse, raciste et meurtrière pour atteindre un niveau qui ne le distingue plus du culte religieux.
Je laisse à ce homme, fort honnête de surcroît, cette conception que je soumets à votre réflexion.
Il est vfrai cependant que, s'il n'y avait eu ce massacre, jamais Israël n'aurait vu le jour et ce dernier est le seul justificatif de « l'Etat hébreu ». Israël est un refuge, rien de'autre.

Moi, je veux bien que les juifs aient un refuge, pourquoi pas ? Mais pas au prix qui a été celui qu'ont dû payer les Palestiniens.

Et je récuse la sempiternelle justification de la « Shoah ». Cette « shoah » (holocauste) je la mets entre guillemets, le terme est détourné, Dieu aurait-il exigé comme sacrifice le massacre d'un peuple ? Allons !...

Elle a bon dos cette « shoah » qui masque toutes les exactions des sionistes, leurs vols, meurtres, massacres, destruction du Liban, de Gaza, crimes « ciblés », enlèvements, attentats, comme ce dernier perpétré par leurs services secrets dans un mosquée chiite en Iran.
La « shoah », prétexte facile pour en remettre une louche, maquiller le mensonge, justifier l'injustifiable, conforter le racisme quotidien, et contester l'incontestable.
« Religion shoatique » disait cet homme pieux et sage. Rien à voir avec le témoignage permanent auquel s'astreignent les juifs pieux pour qui la patrie est la Torah !

Et il ajoutait: « ils sont pareils aux Amalékites ».

Ne sacrifions pas à ce culte !



 

Commenter cet article

Achile 31/05/2009 20:59

"Amalékites" cela a un rapport avec les 10 commandements ?