La France humiliée par Israël

Publié le par Ali





M. Sarkozy a reçu aujourd’hui « Bibi » Netanyahou, le chef de l’entité sioniste en Palestine et qui, nonobstant son diminutif, est une fière et sanglante crapule. Ils sont tous les deux d’accord pour affirmer que moins il y aura d’Iran plus la vie sera belle. Sarkozy a, biensûr, évoqué la poursuite de la colonisation en Cisjordanie qui déplaît tant à son « copain » Obama et la création d’un Etat palestinien, Netanyahou s’en fout et, entre nous, Sarkozy aussi. La récente nomination de Pierre Lellouche, sioniste on ne peut plus convaincu, a été saluée avec « grande satisfaction » par les sionistes de l’entité. Avec lui, ne vous attendez pas à des avancées dans la construction européenne, mais putôt  à un ancrage encore plus définitif des sionistes dans l’Europe de Bruxelles !

Et malgré tout cela, la France n’a pas la cote en Israël, on se demande pourquoi.

Sous le titre « La France humiliée par Tsahal » , Libération de ce jour  nous apprend que lundi dernier, la directrice du Centre Culturel français de Naplouse a été jetée à terre par des soldats sionistes, rouée de coups et menacée (en anglais) par un de ces  sbires : « Je peux te tuer ! »

On (le quai d’Orsay) a déconseillé à cette dame de porter plainte pour ne pas « gêner » la visite de Netanyahou à son copain Sarko. Délicatesse, quand tu nous tiens !

Mardi, c’est le directeur du centre culturel de Jérusalen ouest, Olivier Debray, qui s’est fait insulter par des soldats.

Les violations régulières des usages consulaires ne se comptent plus. Le 11 juin 2008, la consule adjointe à Jérusalem a été retenue dix-sept heures, sans nourriture ni boisson, à un check point près de Gaza. Là dessus, aussi, on se tait à Paris.

Occupation, à Gaza, de l’agent consulaire français. En son absence, les soldat sionistes saccagent le domicile, volent une somme d’argent, les bijoux de son épouse, son ordinateur, détruisent la thèse sur laquelle il travaillait et ont souillé le drapeau français de leurs excréments. Pas de protestation du Quai d’Orsay !

Occupation semblable chez une professeure palestinienne de français du centre culturel de Gaza. Sur la bibliothèque dévastées, les soldats ont écrit « Sale arabe, ont (sic) va te tuer »

La faute de français a choqué l’enseignante.

Des commentaires ?

 

 

Commenter cet article