Qui a flingué Jégo ?

Publié le par Ali


http://www.marianne2.fr/Jego-en-est-sur-il-doit-sa-disgrace-a-Total,-au-Medef-et-aux-bekes!_a181171.html

Yves Jégo en est certain : il n'a pas été reconduit au secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer en raison des pressions d’un «certain patronat». Ses proches se font beaucoup plus précis…



(capture écran du blog d'Yves Jégo)
(capture écran du blog d'Yves Jégo)

Elle est dure à avaler la pilule pour Yves Jégo. Et pour ses proches collaborateurs encore plus. Ils ne se sont toujours pas remis de sa non-reconduction à l’Outre-Mer. Et pour cause : « Vendredi dernier encore, explique l’un d’entre eux, Claude Guéant a fait savoir qu'Yves Jégo serait du voyage avec Sarkozy aux Antilles ».  « Mieux, confie un second, mardi soir, il en était toujours question ! » C'était jusqu’à ce que le secrétaire général de l’Elysée appelle et lui annonce qu’il était finalement hors-jeu : « Il était 19 h 41. Le coup de fil a duré 30 secondes. La méthode est un peu surprenante pour un ministre qui a consciencieusement suivi la feuille de route du Président. » Et pour le premier de surenchérir : « Ils ont préféré les réseaux de la vieille Lucette (Marie-Luce Penchard, qui succède à Jégo, est la fille de Lucette Michaux-Chevry, secrétaire d'Etat à la Francophonie de 1986 à1988, ndlr). C’est un choix. C’est un peu comme la Françafrique… »


« Yves Jégo mesure le véritable pouvoir d'un certain patronat »

(capture écran de sa page Facebook)
(capture écran de sa page Facebook)
Mais il n’y a pas que ses conseillers qui balancent. Yves Jégo lui-même a très envie de sortir des dossiers sur ceux qui ont eu sa tête. C’est en tout cas ce qu’explique un de ses collaborateurs apparemment missionné pour faire fuiter la menace (Le Monde s’en est d’ailleurs fait le relai sans avancer le moindre nom) : « Désormais, c’est un homme libre. Dans quelques jours, il va utiliser sa liberté de parole pour dire la vérité » !

Sa « vérité », il en a déjà servi un petit avant-goût à ses amis sur Facebook. Hier, l’ex leur faisait part de ses états d’âme de la sorte : « Yves Jégo mesure le véritable pouvoir d'un certain patronat et se prépare pour de nouveaux combats ». Cette thèse n’est d'ailleurs pas pour déplaire à Elie Domota, le leader du LKP. Sur France Inter et sur Europe 1, il l’a reprise à son compte, usant tout de même pour l’occasion du conditionnel. Mais du côté de la garde rapprochée d’Yves Jégo, on se fait beaucoup plus affirmatif : « Ils n’ont pas apprécié de voir un ministre qui voulait rompre avec un système et qui a pris des positions fortes notamment sur le monopole de l’essence en Guadeloupe, lâche l’un d’entre eux. "Ils", c'est Bernard Hayot (à la tête du puissant groupe éponyme présent notamment dans les Antilles françaises, ndlr), c’est le patron de Total, c’est la patronne du Medef… »

Commenter cet article