Après l'Iran, la CIA s'attaque au Honduras

Publié le par Ali


Manuel Zelaya


Au bout de leurs leçons de  démocratie à l'Iran, voci que les mêmes décident d'en finir avec un Présient hondurien accusé d'avoir de "mauvaises relations".
 

Après la tentative de déstabilisation de l’Iran, la CIA a jeté son dévolu sur le Honduras où le President Zelaya, après avoir limogé le Chef d’Etat-Major de l’armée hondurienne, voulait brigué un troisième mandat.

Curieux personnage que ce Zelaya. Il arrive au pouvoir en parfait laquais des intérêts étas-uniens en Amérique latine, s’oppose, un temps, aux mouvements d’émancipation qui verront émerger un Chavez au Vénézuela et  puis, au fil des ans, constate la réalité crue des faits : son pays n’est qu’une filiale de United Fruits et les « yankees » y ont tout à dire et le font en corrompant à tour de bras.
Alors, il opère sa conversion et résiste de plus en plus aux appétis de ces prédateurs. Mieux, il désire un troisième mandat pour ancrer son pays dans l’alliance bolivarienne avec le Vénézuela et la Bolivie.

L’armée l’a renversé et déposé au Costa-Rica. Encore heureux qu’il n’ait pas fini comme Allende.
L’ONU condamne. Obama aussi, mais du bout des lèvres…

 


 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article