Terrorisme et racisme sioniste

Publié le par Ali

Terrorisme et racisme sioniste

Jérusalem, le 22 juillet 1946. Une camionnette se dirige vers l’hôtel King David. Arrivé à hauteur de l’entrée, deux hommes sortent du véhicule, maîtrisent la sentinelle et enferment toutes les personnes présentes. Le commando place 350 kilos de dynamite avant de battre en retraite sous le feu de la police. À 12h37, une formidable explosion secoue l’édifice dont l’aile sud s’effondre. Le bilan est lourd : 91 morts. L’hôtel abritait le QG de l’administrateur civil et militaire britannique en Palestine. Les membres du commando, déguisés en Arabes, font partie de l’Irgoun, une milice sioniste de droite dirigée par Menahem Begin , futur premier ministre d’Israël !

 

Jérusalem, le 17 septembre 1948. Un convoi de l’ONU est arrêté à un barrage de l’armée israélienne. Soudain un homme surgit et ouvre le feu sur l’une des voitures du convoi. Deux personnes sont tuées : un colonel français et le comte Folke Bernadotte, médiateur suédois de l’ONU. Sauveur de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ce dernier était l’auteur d’un plan destiné à régler le problème entre Juifs et Arabes .
Bernadotte vient d’être assassiné par des membres du Lehi, mouvement constitué des disciples d’Abraham Stern et dissident de l’Irgoun.
L’un des triumvirs du Lehi n’est autre que Itzhak Shamir, un autre futur premier ministre d’Israël ; l’assassin du comte Bernadotte deviendra le garde du corps de Ben Gourion , le premier chef du gouvernement israélien.

 

Voilà pour le terrorisme « juif » d’avant et d’après la proclamation unilatérale de « l’Etat Hebreux. Pour des gens qui donnent des leçons d’anti-terrorisme au monde entier, avouez que ce n’est pas mal !

Poursuivons avec ce racisme insidieux qui se pratique en Israël et qui vise tous ceux qui ne sont pas Juifs, les Arabes Musulamns et Chrétiens au premier chef, bien entendu…

Voici un comparatif entre l’apartheid sud-africain et le racisme anti-juif des sionistes qu’établit Palestine1967.site

 

                           

 

Afrique du Sud

Israël

Motif invoqué

Les "blancs" sont supérieurs aux  "noirs"

Les Juifs sont différents des "non juifs"

Acteur

Système mit en place par l'Etat exclusivement et sous forme de lois qu'ensuite les sociétés et les particuliers appliquent tout simplement .

Système mit en place à la fois par l'Etat,les organismes parastataux et les sociétés privées,chacun y allant de son règlement ou de sa loi.

Justification du pouvoir

Comme les blancs sont supérieurs aux noirs,ils ont tous les pouvoirs

Comme les juifs sont "chez eux" (selon leurs critères),ils ont forcément le pouvoir,les autres étant "tolérés" .

Attitude face "aux autres" .

Les blancs veulent garder les noirs parce qu'ils ont besoin des noirs pour le travail .

Si les non juifs pouvaient partir,les juifs n'y seraient pas fort opposés ...

Justification de la ségrégation

La ségrégation se justifie sur une base ethnique et un rapport de dominants à dominés : les "maitres" ne peuvent pas vivre avec les "esclaves",sous peine de perdre tout prestige .

La ségrégation se justifie sur base de la sécurité : comme on ne peut pas faire confiance aux "non juifs",il faut bien les isoler .

Conséquences pratiques  exemple

Les blancs et les noirs peuvent prendre le même bus,mais ils ne peuvent pas s'assoir sur les mêmes sièges .

Les israéliens et les palestiniens peuvent prendre le même bus,mias si ils sont en voiture individuelle,ils doivent rouler (dans les territoires) sur des routes distinctes (sans contrôle ni barrage pour les israéliens ,avec contrôles et barrages pour les palestiniens .

 

 Source : http://palestine1967.site.voila.fr

Commenter cet article