Iran: la guerre en septembre

Publié le par Ali

alert

 

Le G8 s'est terminé sur une note restée secrète. Pas tout-à-fait pour qui sait décrypter les mots et les petites phrases, et cette note fait peur: l'attaque frontale de l'Iran est prévue pour septembre !

C'est le Président Sarkozy qui s'est montré le plus belliciste, il voulait y aller au mois d'août, lui, profiter des vacances des Français, des parlementaires et prendre, à son habitude, tout le monde de court.

Les Russes aussi seront pris par surprise, quant aux Chinois, on leur mitonné une rébellion dans le Turkmenistan oriental qui, on suppose, les maintiendra occupés encore quelques semaines, voire plus.

Et devinez qui va partir au front ? Israël itself !

Tout cela fait partie d'un plan concocté de longue date.
Il y a la crise qui n'en finit pas et qui nous réserve encore de belles peurs. Songez, les actifs des banques (surtout européennes, cette fois-ci-) sont plombées par des obligations dont on ne sait au juste quelle est la proportion de créances pourries qu'elles renferment. Ces obligations vont arriver à terme tout au long de l'automne et de l'hiver et déjà les banquiers ont des sueurs froides.

Une guerre, cela permet de voiler le principal de l'actualité, de faire peur et de mobiliser les esprits.

Elle permet d'imposer des moratoires, des mesures exceptionnelles, les pouvoirs spéciaux (Sarkozy, je te vois !)

Ensuite, la crise étant ce qu'elle est, l'industrie de l'armement va s'en donner à coeur joie. Il va y avoir une demande d'armes sur le marché, une de plus, mais importante, rien que des bonnes nouvelles pour ce secteur qui est pourvoyeur d'emplois et de marges appétissantes.

Quant à Israël qui vient de recevoir une avance de six cent millions de dollars des Etats-Unis, le marché est à peu près le suivant: les sionistes vont bombarder l'Iran, commencer le sale boulot, c'est des habitués des basses besognes, des accrocs des actions crapuleuses, laissons-les gratter leur prurit criminel et qu'ils aillent balancer la mort sur les cités d'Iran, cela les changera, un peu, de Gaza. En retour, on ne pourra pas trop les titiller sur l'Etat palestinien dont ils ne veulent pas entendre parler, on expliquera aux braves gens, qu'une fois le terrible danger iranien écarté, tout sera plus facile dans le monde et la paix règnera sur la terre comme au ciel, amen !

Et tous ces islamistes ou gauchistes criminels fascizoïdes, eh bien on les fera taire. Une guerre cela excuse toutes les censures, toutes les mises au pas, Internet compris. Einverstanden ?

Et même qu'on les mettra en prison... les lois d'exception ne sont pas faites pour les chiens !

M'apporterez-vous des oranges ?

Je suis sérieux, mes très chers amis, et je n'espère qu'une chose: m'être trompé lourdement. Si c'est le cas, je serai le premier soulagé.
Car une guerre, vous savez, pour les riches et les puissants, c'est toujours une bonne chose. Les sociétés qui ont démoli l'Irak, ont fait beaucoup de fric et elles en font tout autant en reconstruisant ce qu'elles ont détruit ! Une économie de guerre permet aussi d'échapper aux aleas d'une économie de marché... dans une guerre, pour ces gens, tout est bon, comme pour le cochon !

Mais il y a quand même une inconnue. Imaginez que ces salauds d'Iraniens décident de se défendre ? Et qu'ils balancent un ou deux missiles sur Tel-Aviv ou sur des installations pétrolières en Arabie ? Et s'ils bloquaient le détroit d'Ormuz ?

Et si la rue se soulevait, au Caire, à Ammam, en Cisjordanie, au Pakistan et, pire ! à Ryad ? Avec, bien sûr, des poussées communautaristes dans toute l'Europe.
Et si Israël répliquait avec ses armes nucléaires ?
Vous voyez d'ici le tableau ?

Préparez-vous à des jours très noirs, vous les devrez à cet impérialisme des riches qui fait des sionistes son tueur préféré.

Mais soyez lucides, vous y serez baignés corps et âme, dans cette guerre, et vous en paierez le prix fort, celui du sang !

Voulez-vous vraiment que vos enfants meurent pour Israël ?

Commenter cet article

Kim Jong Ilien 07/08/2009 04:10

Trop fort, Ali!