Le libéralisme c'est ça... et la suite...

Publié le par Ali

E&R] Le libéralisme c'est ça ! Merci l'UE !

 
Image
C
eci est le récit d'une histoire vraie et récente. 
Une compagnie aérienne européenne a été créée et il lui faut du personnel navigant. Donc des pilotes.
La sélection a lieu en Espagne et 600 PNT (personnel navigant technique technique donc les pilotes) au chômage venant de toute l'Europe s'y rendent.
Dans un immense amphi, une jeune femme, la trentaine, genre bombasse en tailleur, lunettes et queue de cheval les accueille. Derrière elle, un tableau. Après une très brève présentation, elle commence à y écrire:
-Salaire fixe: 10000 euros net
-Indemnités repas
-6 semaines de congés payés
-Téléphone portable
-Treizième mois
Elle se retourne et dit: "que ceux qui sont d'accord pour travailler pour nous selon ces conditions restent assis, les autres vous pouvez partir".
Personne ne part, le salaire et les avantages inscrits sur le tableau étant comparables à ceux des grandes compagnies européennes.
La femme prend l'éponge et efface le salaire fixe de 10000 euros et écrit à la place 9000.
Elle redit: "que ceux qui sont d'accord pour travailler pour nous selon ces conditions restent assis, les autres vous pouvez partir".
10 pilotes partent.
Puis elle corrige: 5 semaines de congés payés au lieu de 6.
Même annonce, même effet: une douzaine de chômeurs partent.
Puis elle efface simplement "Treizième mois"
Cette fois, la working girl ne prend même plus la peine de parler, un simple regard et un mouvement du menton suffisent.
Et ainsi de suite.
Quelques insultes en étranger de participants écœurés laissent la jeune femme sans réaction. 
Au bout de trente minutes, il ne reste plus que vingt chômeurs dans la salle.
Elle reprend la parole:
"Messieurs merci d'être venus, nous avons maintenant le nombre suffisant de pilotes. Veuillez vous rendre dans le bureau d'à côté pour signer votre contrat. Au revoir."
Sur le tableau: 
-Salaire fixe 2500 euros
-3 semaines de congés payés
Le libéralisme, c'est ça.

Et merci l'UE.

Victor - E&R

http://www.egaliteetreconciliation.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=4307&Itemid=111

suite...


La suite de l'histoire, que l'on se garde bien de divulguer, est plus réjouissante...

L'un des pilotes, écoeuré, étrangla en deux temps trois mouvements la pétasse peroxydée. Ce ne fut pas une grande perte pour l'humanité, vous en conviendrez volontiers. Puis, dans l'enthousiasme qui suivit son geste, il mit le feu à la salle de réunion. L'enquête nous dira peut-être comment...

Les autres candidats pilote, subitement réveillés de leur torpeur et rendus conscients de l'ignominie dont ils étaient l'objet, saccagèrent les bureaux de la compagnie, y mirent le feu à leur tour et le tout fit un beau et grand brasier purificateur dans le ciel de cette petite ville espagnole, théâtre de ce marché aux esclaves.
Les autorités décidèrent d'étouffer l'affaire. On parla d'incendie accidentel et quant à la péroxydée, une Roumaine achetée à vil prix, on ne jugea même pas utile de l'inclure dans le procès verbal final.

Les pilotes, eux, pour prix de leur silence, furent tous engagés aux conditions initiales.

La compagnie aérienne en avait trois fois trop.
C'est pas si grave, se dirent les patrons, on fera des économies sur l'entretien des coucous.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article