40 ans après, des remords pour le massacre de My-Lai

Publié le par Ali

Faute avouée... Voilà, le sous-lieutenant exprime des remords, c'est bien.
Le drame, c'est que cela continue...en Irak, Afghanistan, Palestine occupée...
C'est d'autant plus dégoûtant que ces massacres sont perpétrés par des pays qui se targuent d'être les parangons des droits de l'homme...
Tentation de l'abattoir...


40 ans après, le lieutenant Calley exprime ses remords

par  RFI
http://www.rfi.fr/actufr/articles/116/article_83919.asp 

 

Pour la première fois depuis 40 ans, le lieutenant William L. Calley, responsable du massacre des habitants du petit village de My Lai au Vietnam, exprime ses remords. Condamné à vie en 1971, puis grâcié par le président Richard Nixon, le vétéran s'est dit «désolé pour les Vietnamiens qui ont été tués et leurs familles ainsi que pour les soldats américains impliqués».

Le 16 mars 1968 à l'aube, le jeune sous-lieutenant William Calley et ses hommes débarquent en hélicoptère sur le village de My Lai, au Vietnam, censé être un repère de la guerilla communiste des Vietcongs. En quelques heures, ils vont quasiment rayer la localité de la carte : viols, mutilations, fosses communes, maisons pillées, bétail abattu. Il y a entre 300 et 500 victimes, des femmes, des enfants, des vieillards.

Le massacre de My Lai, révélé plusieurs mois plus tard, va marquer un tournant dans l'opinion publique américaine à l'égard de la guerre du Vietnam. Après avoir tenté d'étouffer le scandale, le Pentagone, sur la défensive, finit par traduire trois officiers devant une cour martiale. Le lieutenant Calley sera le seul condamné, en 1971. Sa peine de prison à vie est commuée en assignation à résidence par le président Nixon. Il est remis en liberté sur parole trois ans plus tard. Il n'a jamais recouvré ses droits civiques.

William Calley, âgé aujourd'hui de 66 ans, s'est ensuite reconverti dans la bijouterie, puis dans les assurances. Depuis sa libération, il avait toujours refusé de s'exprimer sur la guerre du Vietnam.

Et puis, cette semaine, l'ancien lieutenant a décidé de rompre le silence: «il ne se passe pas une journée sans que je ressente des remords pour ce qui s'est passé à My Lai» a-t-il confié lors d'une réunion d'une association caritative, le club Kiwanis. Se prêtant à l'exercice des questions et réponses d'un public d'une cinquantaine de personnes, il a précisé «Si vous me demandez pourquoi je n'ai pas protesté lorsqu'on m'a donné les ordres, je vous répondrai que j'étais un simple sous-lieutenant recevant des ordres de mes supérieurs et que je les ai suivis - c'était insensé, je pense.» 

«
En obéissant à un ordre illégal, ne vous êtes-vous pas placé dans l'illégalité» lui a demandé un participant à la réunion. «Je pense que oui» a admis le vétéran du Vietnam.

Le supérieur de William Calley qui à l'époque des faits, était le capitaine Ernest Medina a été jugé en 1971, et acquitté de toutes les charges.

Commenter cet article