Affaire Clotilde Reiss. Un communiqué de l'ambassade d'Iran

Publié le par Ali







COMMUNIQUE DE L'AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE ISLAMIQUE D'IRAN A PARIS (France)

1er communiqué : Jeudi 20 Août 2009,
'
'''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''


Hossein Ghashghavi : "La France détourne la vérité dans l’affaire Reiss"
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

En réponse aux déclarations du porte parole du Ministère français des Affaires étrangères dans l’affaire Reiss, le porte parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé : 
"Depuis l’arrestation de mademoiselle Reiss, les autorités françaises essaient de détourner la vérité et faire de la propagande afin de présenter cette arrestation comme une réaction politique de la part de l’Iran ; ce qui est une évaluation partiale et illogique des choses."


Agence de presse IRNA :
''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''

En réponse aux déclarations du porte parole du Ministère français des Affaires étrangères relatives à la libération provisoire de mademoiselle Clotilde Reiss, Hassan Ghashghavi, le porte parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré : 
"Dès le départ, la République Islamique d’Iran a fait preuve de bonne volonté en procédant à la délivrance du visa et du titre de séjour pour mademoiselle Clotilde Reiss, ressortissante française, pour qu’elle commence à enseigner la langue française à une des universités d’Ispahan. 

Malheureusement mademoiselle Reiss a violé les lois iraniennes en commettant d’une manière intentionnelle quelques infractions telles que le séjour illégal, la présence dans les rassemblements illégaux et la collecte des informations afin de les transmettre à certaines personnes à l’ambassade de France à Téhéran. Elle a donc été arrêtée par des instances légales du pays pour avoir commis des délits.

Le porte parole a également ajouté : 

"Outre l’existence des preuves incontestables, lors de son procès mademoiselle Reiss a avoué d’une manière explicite ses infractions et délits, et elle a demandé pardon au peuple iranien."

M. Hossein Ghashghavi a ensuite dit : 

"Malgré la vérité, et à notre grand regret, les autorités françaises dont les responsable du Ministère français des Affaires étrangères, ont détourné la vérité et ont fait de la propagande sur les raisons de son arrestation, et lors des interviews ils essaient de présenter cette arrestation comme une réaction politique de la part des autorités de la République Islamique d’Iran ; ce qui est une évaluation partiale et illogique des choses.

Commenter cet article