Bonne année...quand même !

Publié le par Ali

orhidee

 

 

 

On se demande vraiment dans quel monde on vit, et qui fait quoi et qui dit vrai...

L'actualité est particulièrement révélatrice:  le Pape bousculé par une déséquilibrée. 

Pauvre Benedictus, ravalé au rang de rock-star adulée par une folle...

Et Berlusconi qui perd deux dents. Bof, il a de quoi se payer des implants sans même filer à Budapest !

Noël à Bethléem derrière le Mur de la honte, sous les contrôles accrus des « schutzstaffel » sionistes. Scène connue, même nausée !

Le Pape Pie XII devenu vénérable sous les lazzis des juifs et des bien-pensants, de quoi me le rendre, enfin ! sympathique...

L'année qui vient, mes amis, sera dure, longue et miséreuse. Je ne vous le souhaite pas, mais c'est inscrit dans les chiffres. En 2009 les gouvernants ont pu faire illusion, sauver les banques, casser leur tirelire, prendre des mesures temporaires pour soutenir les fabricants de voiture, les laboratoires (on sait comment...), les paysans (et encore, très mal...). Aujourd'hui, il n'y a plus de sous et, c'est connu, le Père Noël ne passe pas chez Obama, Sarkozy et consorts, il a d'autres priorités et puis, il n'existe pas !

Alors les Etats commencent à trinquer. Voyez l'Islande, ou plutôt évitez, elle n'est pas belle à voir. La Grèce se prend, elle,  une cote d'alerte sur les marchés, comme un vulgarie fauché... mais les autres ne perdent rien à attendre, les ennuis seront là aussi pour le Royaume-Uni et même les si riches Etats-Unis sont dans le colimateur. 

Pourquoi Copenhague a-t-il été un échec ? Parce qu'ils veulent tous produire un max pour se refaire un matelas et que c'est vraiment pas le moment financier pour changer de cap, alors, le climat attendra, après tout un peu plus ou un peu moins...what's the difference ?

Et le peuple dans tout cela ? Eh bien, il compte pour peau de balle, le peuple. « Ils » pensent de plus en plus et ouvertement que le « peuple », il n'a qu'à se démerder tout seul, comme l'adulte qu »ils » voudraient qu'ils soit. La sécu cela coûte la peau des fesses, c'est même abyssal comme sommes qui s'y engouffrent, et « ils » pensent que freiner des deux pieds pour réduire les prestations ne serait pas une si mauvaise idée.

Exit la sécurité sociale, celle qui a sauvé l'honneur du XXem siècle !

L'ennui c'est qu'Obama, justement, il vient d'imposer une couverture médicale universelle aux Etats-Uniens, qu'il trouve que cela suffit de voir des gens se faire éjecter de l'hôpital parce qu'ils n'ont plus un sou vaillant pour payer la note, et mourir chez eux entourés de l'affection des leurs, comme on dit. C'est pas une pub pour un pays si généreux et démocratique...

Alors, en Europe, aller à contre-courant, cela se fera, mais en douce, sans buzz, avec les circonvolutions d'usage, mais ça se fera...

On se demande même si Obama n'a pas sacrifié Copenhague pour obtenir un succès intérieur sur le plan de la santé publique. Tout est possible, après tout. En politique tout se négocie.

Mais ne vous faite pas trop de cinéma. La sécu est menacée, vous le sentirez passer cette année;

Et l'emploi avec tout ça ? Sachez que le premier emploi pour un jeune prend en moyenne deux ans de galère. On ne vous le chante pas sur tous les toits, cela ferait mauvais genre, mais c'est comme ça. Si le jeune se débrouille, il trouvera un Mac Do par ci, un autre intérim par là, bref, il s'arrangera pour ne pas mourir de faim ou ne pas voler son pain quotidien. Exemplaire société où, dans le même temps, les bénéfices des banques s'envolent à nouveau et où il faut une réunion  des Chefs d'Etat pour encadrer les bonus des traders qui sont, on vous l'a dit et répété, les seuls et grands responsables de la gabegie mondiale de l'an dernier...

A part devenir trader ou plombier en Pologne, question emploi, cela va souffrir. Et puis, il ne suffira pas de trouver un travail, encore faudra-t-il qu'il vous fasse vivre ! Voilà un scandale de plus; des gens se lèvent tôt pour aller bosser et le quinze du mois, pour manger, c'est le Secours Populaire, le Catholique etc... Exemplaire société, qui respecte et gratifie le travail ! Il en pense quoi, Sarko ?

Sur le plan international, pas d'illusions non plus. Le mirage Obama est passé, reste la « realpolitik » américaine, son impérialisme, son arrogance, sa stupidité meurtrière. Toujours la même partition. Les Palestiniens, Afghans, Irakiens en auront confirmation, une de plus...

L'Europe des 27, cette tour de Babel indigeste, aux directions obèses et tarabiscotées fera sa popote dans son coin, ce qui ne serait pas si grave si nous n'étions, tous les jours, obligés de la goûter et de payer pour... Avec un Président dont personne ne sait au juste qui il est et où il est passé depuis sa discrète cooptation, l'avenir se fera, comme d'habitude dans les coulisses du sérail de l'Empire. 

Et après cela, on fera décliner à nos enfants le mot « démocratie » !

Heureusement, il reste de bonnes nouvelles;

Ainsi, j' appprends par « Libé » que la meilleure bière au monde est belge. Elle s'appelle la « Westvletteren » (cela se prononce comme cela s'écrit !), elle est produite dans une abbaye cistercienne dans un morne nulle part de la plaine flamande.

En plus, la production est confidentielle, et les vingt-deux moines qui la brassent ne veulent pas la commercialiser.  L'étiquette de « meilleur bière au monde », ils ne l'ont pas vraiment appréciée. Cela trouble leurs prières. Ils ont raison, ces moines subversifs. Le monde étant ce qu'il est, les prières ne sont pas du superflu et la bière, même la meilleure, pas toujours indispensable.

Il faut des ruses de Sioux pour en déguster une.

Je me passerai de cette gymnastique. Je suis allergique à la bière.

J'ai d'autres allergies...plus mondaines, celles-là.

Si vous me lisez, vous savez lesquelles...

Allez, bonne année, quand même !

 

Commenter cet article