Copenhague: le climat tenu en échec...

Publié le par Ali

climat.jpg



L’actualité du jour est emblématique. Songez, l’échec de Copenhague s’inscrit dans une volonté latente de ne pas faire, d’ignorer, d’attendre que l’autre, le voisin, prenne l’initiative,   montre la voie, la bonne de préférence, et, après réflexion, on verra bien si on le suivra;

Un commentateur, ce matin, comparait cette manière de faire à celle qui a précédée la dernière guerre et il avait raison.

Que les puissants de ce monde hésitent à s’engager dans ce qui devrait être une remise en cause radicale de nos manières de faire, de consommer et de penser, on peut les comprendre. Il y va d’une révolution dont ils feraient les frais, eux , leur pouvoir et leur influence. Que, dès lors, ils tergiversent, tournent en rond, manipulent, se livrent à des calculs d’apothicaires, quoi de plus naturel ?

Et quoi de plus désolant que l’attitude des politiques ? A se demander s’il y en a encore, si ces excellences sont autre chose que les relais obligés des groupes industriels et financiers auxquels ils doivent tellement.

Que dit Obama, alors qu’il faut passer aux actes ? Rien ! Trop risqué, son opinion ne veut pas se priver de ses 4X4, de ses avions, de son pétrole, de son “way of life”…

Et l’Europe ? Une fois de plus elle ne démontre qu’une chose: son inexistence abyssale.

Et puis, dans le fond, l’opinion européenne, passées les belles paroles, réagit comme toutes les autres. Messieurs mes voisins, commencez les premiers !

Pourquoi le Français devrait-il faire un effort auquel l’Allemand rechigne ? Et le Polonais, pourquoi devrait-il, au nom de l’écologie, renoncer à ces plaisirs dispendieux auxquels il a rêvé durant des décennies ?

Et le Chinois dans le fond, il rêve lui aussi de voyages en avion, de trekkings en 4X4 et de mal-bouffe à toute heure du jour et de la nuit sous des néons éclatants et racoleurs.

Reste aussi l’illusions entretenue par quelques sophistes: tout finira bien  par s’arranger, même le climat. Et d’autres, plus cyniques, qui pensent tout bas qu’après tout tout, quelques nègres et autres miséreux en moins, ne seront pas une grande perte. A quoi sert le Bengladesh, sinon à fabriquer des pauvres ? Alors…

Le groupe Bilderberg y met des manières, il parle de réduire la population. Toute la population, insiste-il.  En filigrane on saisit qu’il s’agit de la population la plus démunie. Comme le disait Gisèle au dîner de la baronne: ces gens là copulent comme des bêtes, que voulez-vous faire d’autre sinon les stériliser, c’est leur rendre service, ma chère…”

Et pourquoi pas ? entre riches on se comprend, on crée des alliances et si on se combat, c’est toujours à fleurets mouchetés.

Tenez, petit détail révélateur et concomitant: ce matin, l’organisme de régularisation des marchés boursiers a blanchi quelques actionnaires d’EADS soupçonnés de délit d’inité.

Parmi eux l’ex-pdg en personne.

Curieux tout de même: vous êtes patron d’une boîte côtée en bourse. Vous apprenez qu’un de vos produits phare va subir un retard de plusieurs mois, et vous décidez de vendre un partie de vos actions juste avant qu’elles ne dégringolent.

Eh bien, c’est pas du délit d’initié. Circulez y a rien à voir !

Quel rapport avec Copenhague et le climat ?

Tout, la forme, le fond, l’arrogance, le cynisme, le mépris…

Moi, à la place de ce beau monde, je ferai attention…

Des lendemains viendront à l’odeur de poudre et de sang…

L’insurrection qui vient !

 

 

 

Commenter cet article