Et si la Grèce les envoyait au tapis ?

Publié le par Ali

grece-manif.JPG

 

 

Et si la Grèce les envoyait tous au diable ?

Trois morts ! Le peuple dans la rue, le petit peuple, celui qui n'a pas, comme les riches, son argent dans des banques étrangères et dans des produits financiers high-tech. Des riches qui ont toujours composé avec le pouvoir, l'ont investi, corrompu, détourné de sa fonction, et qui maintenant se débinent et font payer au Grec de la rue et des montagnes le prix de ses prévarications.

Les riches, les puissants, comme ces trois familles qui se partagent, depuis quarante ans, le pouvoir dans ce pays: Papandréou, Mitsotakis et Caramanlis. 

Pourriture !

Et si la Grèce ne payait pas ?

Si vous ou moi ne payons pas nos dettes, l'huissier viendra sonner à notre porte avec les déménageurs dans le dos. Je vous rassure, le lit, même conjugal, est insaisissable, comme huit jours de vivres.

Mais un pays ?

On fera tout de même pas la guerre à la Grèce pour quelques milliards de d'euros ? On en a déjà une en Irak, une autre en Afghanistan, une probable au Pakistan, et une prochaine en Iran... Vous me direz que plus il y en a, mieux c'est pour les affaires, je vous suivrai pas !

Donc pas de guerre !

Les avoirs grecs dans les banques étrangères seront saisis.

Et alors ? Ils le sont déjà maintenant à titre de garantie ! 

La Grèce sera mise au ban des nations ?

Pas du tout ! 

Vous vous passeriez de vacances sur une île grecque sous prétexte que la Grèce ne paie pas ses dettes ?

Elle sera mise à la porte de l'euro.

Excellent nouvelle, elle reprendra sa liberté financière, elle jouira d'une drachme faible, qui lui permettra d'exporter, d'attirer les touristes.

Elle sera mise à la porte de l'Union Européenne !

Très bien, son indépendance n'en sera que plus complète ! Elle pourra inaugurer une politique économique et financière qui lui soit propre, faire de la Grèce un paradis fiscal, multiplier les zones franches... bref, jouer perso.

Elle sera isolée face aux Turcs...

Mais c'est une légende que tout cela ! L'animosité entre Turcs et Grecs est une fable alimentée par ceux qui ont intérêt à jouer les arbitres entre ces deux nations. Il n'y a aucune raison que Turcs et Grecs se regardent en chiens de faïence. Une Grèce hors de l'Union Européenne, sera pour elle, ipso facto, l'occasion d'un rapprochement avec la Turquie, refroidie par le peu d' empressement des Européens à la recevoir. 

En somme, il suffit que la Grèce renvoie dos à dos ses créanciers ?

Pas tout-à-fait...Si la Grèce ne se décide pas, enfin, à mettre de l'ordre dans son système de conduite des affaires, c'est-à-dire, en finir avec la corruption des fonctionnaires, au marché noir, à juger et condamner tous ces politiciens pourris qui l'ont ruinée, si ce pays ne prend pas conscience qu'il est temps de procéder à une révolution nationale, c'est à dire à un retournement complet de perspective, eh bien, toute cette aventure n'aura servi à rien.

Mais en attendant, que la Grèce les envoie sur le tapis !

Les Grecs ne sont pas des obligés.

Ils doivent redevenir hommes d'honneur !

Commenter cet article