Israël, l'Egypte et la dropgue.

Publié le par Le blog des amis d'Ali

Ben-Gurion-David

Le criminel Ben Gurion

 

Entre 1954 et 1985, l’entité sioniste qui a pour nom « Israël » a sciemment organisé un trafic de drogue à destination de l’Egypte, de la Syrie et de la Jordanie, dans le but avoué de pervertir la jeunesse de ces pays et de la détourner du combat  antisioniste.
Cette opération, ultra-secrète, était supervisée par Ben Gourion en personne. Seuls quelques personnages de confiance, triés sur le volet, militaires, barbouzes et  fonctionnaires des services de l’action extérieure étaient mis au parfum, obligés, sous peine de mort, de garder le secret. Quelques uns ont mystérieusement disparu.
Toute l’histoire vient d’être révélée par un journaliste israëlien,  qui a appris l’histoire d’un militaire américain  à la retraite et d’un fonctionnaire de la CIA en mal de repentance. Un journaliste égyptien qui a eu accès aux sources de son pays confirme les accusations.
La drogue, essentiellement du cannabis, de l’héroïne et de la cocaïne, provenaient du Maroc et d’Amérique du Sud, les services secrets américains étaient au parfum et collaboraient activement avec Israël, du moins sous les administrations Johnson, Nixon, Ford et Reagan.
Les drogues saisies aux Etats-Unis étaient  envoyées en Israël où elles alimentaient les réseaux des passeurs.
On ne sait au juste quel fut le résultat de ces trente ans de tentatives d’empoissonnement à grande échelle. Sans doute pas grand-chose, peut-être bien un scénario où les sionistes furent floués par des mafieux qui réexpédièrent la came ailleurs, en Europe par exemple, ou aux Etats-Unis.
 L’arroseur arrosé…
Cette révélation est emblématique de l’état d’esprit qui, depuis le début, a préludé à la création de l’entité sioniste. Meurtres, crimes, pillages, vols, déportations de populations, tout ce qui a été dénoncé depuis des dizaines d’années nous prouve que rien n’arrêtait les sionistes dans leur détermination d’imposer leur pouvoir au détriment du droit des autochtones.
Ceux qui se targuent d’être la « seule démocratie au Moyen-Orient », de constituer « l’armée la plus morale du monde » et  autres balivernes de cet acabit sont, une fois de plus, pris la main dans le sac aux sanglantes turpitudes qui est le leur.
Comme est leur le droit de procéder à des « assassinats ciblés »…
La drogue est un poison qui tue, les sionistes ne se sont pas embarrassés de sentiments pour organiser son trafic. Tout était, tout est encore  bon pour  tuer ceux qui leur résistent.
Mais le temps passe, voyez-vous, et même chez eux, il y a des voix qui s’élèvent pour dénoncer l’innommable
Vous me direz que la presse occidentale n’a pas vraiment relayé l’information…
Etonnant n’est-ce pas ?

Commenter cet article