Israël: une justice à deux vitesses

Publié le par Le blog des amis d'Ali

« Est-ce que quelqu'un connaît le mot hébreu pour« occupation » a été une question posée par le traducteur assigné d'office pour le déroulement du procès.

 

 

Rachel Corrie.
Millitante pour la paix morte en israel...

 

 

Ainsi avait débuté le procès sur l'assassinat de la militante américaine Rachel Corrie. La famille de Rachel Corrie a attendu sept ans pourque ce procès ait lieu. Aujourd'hui, quelques mois plus tard, nous sommes de retour au tribunal du district de Haïfa pour entendre le soldat israélien qui était au volant du bulldozer qui a écrasé Rachel alors que celle-ci manifestait pacifiquement contre les démolitions de maisons palestiniennes dans la bande de Gaza, en 2003.Et l'entendre est tout ce que nous pouvons faire - suite à une demande inhabituelle, formulée par l'État et acceptée par le juge, que le conducteur et les autres soldats parlent derrière un écran opaque pour protéger leur identité (pour « raisons de sécurité » ).Je ne peux pas vous dire le nom du conducteur (il y a une obligation de le taire) mais je peux dire que c'est un immigrant russe en Israël qui, triste ironie, a la même date anniversaire que Rachel.Cela a été un témoignage long et pénible, le conducteur répondant aux questions avec des variations de ce qui était toujours la même phrase :« Je ne me souviens pas ».Il disait ne pouvoir même pas se rappeler le moment de la journée ou Rachel été tuée et a il affirmé qu'il ne savait pas quand il avait renversé Rachel et roulé sur elle avec son bulldozer Caterpillar de quatre tonnes. Comme on pouvait s'y attendre, il dit ne pas s'en être rendu compte quand il a roulé une seconde fois sur Rachel, l'écrasant à nouveau avec sa lame.  

 Pour Cindy Corrie, professeur de musique à la retraite de l'Olympia à Washington, cela a été la plus difficile partie de la journée : « Entendre l'homme qui a tué ma fille, sans l'ombre d'un remords dans la voix, dire qu'il ne se souvenait pas quand c'est arrivé... » Comme Cindy le dit, même en imaginant qu'il l'ait fait par erreur,comment peut-il ne pas se rappeler le moment de la journée où il a tué un jeune fille de 23 ans. Outre le fait qu'il a fallu cinq ans pour que commence le procès,à compter du jour où les parents de Rachel Corrie ont pu déposer leur plainte -les procédures judiciaires et changements de dernière minute imposés par les procureurs de l'État d'Israël sont tout simplement embarrassants pour un pays qui prétend être une démocratie et pratiquer la règle du droit.Avec de mauvaises traductions, des dates de procès qui changent et un juge qui arrête la procédure parce qu'il a pris d'autres rendez-vous. C'est le cas aujourd'hui où la session est raccourcie de deux heures) le procè sa été retardé et tout le monde en est frustré. La famille Corrie, les journalistes et les organisations de défense de droits de l'Homme ont été informés qu'ils pouvaient entrer dans la salle d'audience à 9 heures du matin.A 8h15 l'Etat a rempli la salle avec ses « observateurs », ce qui signifie qu'en dehors de la famille Corrie et de ses avocats, seuls trois ou quatre journalistes ont été autorisés (et encore en rotation) a entrer dans la salle du procès pour écouter et rendre compte dece qui s'y passait.

 

J'étais à l'intérieur à peine une demi-heure - juste le temps d'entendre le conducteur dire qu'il n'avait fait qu'obéir à des ordres. Ses supérieurs, dit-il, lui ont donné des instructions de continuer les démolitions malgré les civils qui protestaient devant les maisons.Et c'est là que réside la raison pour laquelle ce procès est si important.Ce procès ne cherche pas à dénoncer ou à demander des comptes ausoldat qui a porté le coup final à Rachel.La famille Corrie poursuit en justice l'Etat d'Israël, pour un dédommagement symbolique de un dollar, parce que cet Etat permet, et même encourage ses soldats à agir en toute impunité. Qu'ils empêchent un navire d'aide humanitaire de se rendre à Gaza,ou empêchent dans le cas de Rachel de défendre la maison d'un expert-comptable palestinien, les soldats israéliens, trop souvent, agissent avec la dernière des brutalités, ce qui prouve bien qu'ils se croient au-dessus des lois.Et, si la famille Corrie perd ce procès, ce sera une nouvelle preuve que la loi israélienne saura toujours protéger les assassins.

 

par Palestine Anti-sioniste

 

 

palestine-anitsioniste.jpg

Commenter cet article