Johnny, son hernie et son fric...

Publié le par Ali

Johnny Hallyday, c’est un mec qui chante en français ce que d’autres chantent bien mieux que lui en anglais. En somme, c’est une doublure, comme il y en a au cinéma. VO vs VF, moi je préfère l’original.

Mais les Français qui sont des veaux, comme l’a si bien dit le Général, et qui en plus, n’ont pas le don des langues, sont accrocs à ce parangon de la vulgarité jouissive et nombriliste. 
On a les vedettes que l’on mérité, n’est-ce-pas Marcel ?.

Bon, le Johnny, il est malade, je m’en fous…
Mais c’est toujours intéressant d’en savoir un peu plus sur sa saga et le fric qu’elle trimbale... depuis :

http://www.bakchich.info/Johnny-retient-l-hernie,09538.html

johnn24Johnny & Laetitia: the handsome couple of the year 

 

Johnny Hallyday va-t-il mieux ou non ? Ce qui est sûr, c’est qu’il faut faire tourner le business. Un système efficace piloté par le producteur Jean-Claude Camus sur un principe simple : faire payer les autres. 

Attention dernière minute, la plus vieille star du rock à la française a été réopérée dans la nuit de mercredi à jeudi à Los Angeles. Son service de presse a fait savoir qu’"à la faveur de l’hospitalisation de Johnny Hallyday, il a été constaté par les médecins de l’hopital Cedars-Sinaï de Los Angeles des lésions résultant de l’opération qu’il a subie le 26 novembre à Paris [intervention pour une hernie discale] et qui ont nécessité une opération réparatrice la nuit dernière". "La situation en l’état est sous contrôle. Un autre bulletin sera communiqué dans 48 heures".

Les rédactions sont sur les dents, mais pas que. A 66 ans, l’idole des plus trop jeunes est victime d’ennuis de santé à répétition depuis un cancer du côlon opéré cet été.

 

Ce "petit cancer" avait par exemple justifié la décision de Télé Star de précipiter d’urgence la sortie dans les kiosques de son numéro, daté du 3 au 9 octobre pour publier le bulletin de santé de l’idole des jeunes. Il importait de faire vite. Comme le précisait bien l’un des titres à la Une du magazine il s’agit du "combat gagné" contre la vilain Crabe, à propos duquel Johnny soulignait :"aujourd’hui je vais bien ". Ouf ! 

UN CANCER PAS MALIN 

Et même plus que bien lors de l’entrevue ! Selon les informations recueillies par Bakchich, Johnny Hallyday était particulièrement en forme au moment de bredouiller le mot "cancer" lors de cette interview accordée au magazine télé le 15 septembre dernier à Toronto. Quand l’Elvis du pauvre se retrouve soumis au feu des questions de Télé Star, aux dires des témoins ayant assistés à l’entretien, il est déjà dans un état pas loin de second. "Plus proche du Beaujolais que de Toronto", rigole un proche. 

L’abus d’alcool et de médicaments anti-inflammatoires (en raison d’une nécrose de la hanche) affectent quelque peu son discernement et pousse aussi, un peu, à l’apitoiement. Même l’interviewer s’en est rendu compte et s’en est ouvert auprès de ses confrères. Mais qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse du scoop ! Bien échauffé Johnny évoque bien un "petit" cancer. Si c’est lui qui le dit ! L’exclusivité est bien là même si la vérité est un peu malmenée. L’entourage de Jojo, qui ne le prend pas pour un intellectuel, "lui a expliqué avec des mots qu’il pouvait comprendre", s’excuse un proche des Boudou, la belle famille de Johnny. En fait de cancer, la rock star nationale n’a eu qu’un polype pas bien malin, qu’un chirurgien de l’hôpital américain de Neuilly lui a retiré fin juillet. Ce que confirment en off plusieurs membres du choeur du chanteur. 

L’EFFET MICHAEL JACKSON 

Le sujet de la santé de Johnny devient une rengaine de plus en plus fredonnée. Douchés par les conséquences du décès Michael Jackson, les assureurs de Johnny l’avaient prié le chanteur faire un bilan de santé complémentaire alors que le monstre sacré entame ce qui est supposé être sa dernière tournée, son "Tour 66". Un brin amputé… Et pas seulement pour des raisons de santé. Certes le 29 septembre dernier, "une extinction de voix" a contraint Hallyday à annuler à la dernier minute sa représentation à Bruxelles, ce qui est dommage puisqu’il devait chanter en belge. 

En fait, « extinction de hanche » affirment les langues de vipère. Tombé cet été sur un bateau, sa hanche en plastoc a souffert et « Mamours » a de plus en plus de mal à twister sur « Be-bop… euh LaLa ». Un report sans autre conséquences, même financières, puisque le concert a été repoussé à une date ultérieure. 

MANQUE DE CONCORDE À LA RÉUNION 

En revanche son faux-bond à la Réunion, le 20 septembre a fait grincer toutes les quenottes d’Ivan Sudre, l’organisateur local. Officiellement, l’épidémie de grippe H1 N1 qui effectivement sévit l’île a refroidi la star préférée de Raffarin. Toutefois une autre version de l’absence de Johnny dans l’Océan Indien existe ; "c’est vraiment loin de Los Angeles où séjourne alors Johnny et que ce dernier ça le fait alors trop ch… de se taper le voyage Los Angeles-Paris- Saint Denis de la Réunion. 20 heures d’avion pour aller pousser la chansonnette ". Une trop longue balade… et un bobard qui ne change guère la donne financière. 

Le producteur de Johnny Jean-Claude Camus, a créé avec ses concerts une machine à cash bien huilés, et normalement sans risques financiers puisque les spectacles sont achetés clés en main, parfois par des municipalités quand les recettes vont dans les poches de la holding du show biz. 

Mais les assurances annulation ne couvrent que les risques météo ou la maladie de Johnny, pas le risque endémique genre grippe H1N1… Plus gênant selon Sudre, qui en est bon pour 700 000 euros cramés, une clause du contrat passé avec le producteur stipule que si l’une des deux parties n’est plus en mesure d’assurer sa prestation, elle rembourse les frais engagés par l’autre partie. Pas bégueule, le bonhomme a bien cherché un arrangement financier avec Camus. Pour l’instant en vain. Pris en grippe, le concert humanitaire, toujours coaché par Sudre, avec…Laeticia Hallyday et consorts, a aussi été annulé.


Commenter cet article