La fellation n'est pas une relation sexuelle

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

  fellation-copie-1.jpg

 

 

Religieusement, notre siècle est dominé par deux courants fondamentalistes: celui de certaines sectes protestantes chez les chrétiens, et le wahabisme chez les musulmans.

Le premier est celui des innombrables « églises » nord-américaines, les unes plus déjantées que les autres, qui prônent une lecture (en anglais) « fondamentale » de la Bible.

Quand les fidèles lisent dans «L'Apocalypse » qu'à le fin des temps, 144.000 « élus » seront sauvés, ils y croient dur comme fer et espèrent être du nombre.

Sur un mode un peu plus burlesque, ils ne croient pas que la fellation soit une relation sexuelle, puisque la Bible ne la mentionne pas. Mais, curieusement, ils dénoncent autant l'homosexualité masculine que féminine, alors que la Bible ignore superbement cette dernière.
Vous les connaissez ces « évangéliques », ces « baptistes », ces « je-ne-sais-quoi » qui se qualifient pompeusement de « chrétiens » alors qu'au mieux ils ne sont que les parangons de l'ignorance édictée en dogme.

Nous en avons suffisamment parlé, de ces sectes. Ce sont elles qui, Bible à la main et haine au coeur, prêchent la guerre sainte en Irak et en Afghanistan. Justifient les politiques les plus conservatrices sur l'air du: « un système de santé universel est contraire au dessein devin, c'est l'instauration de « tribunaux de la mort », les riches le sont parce qu'ils le méritent et que Dieu l'a voulu ainsi, les pauvres le sont à cause de leurs vices et subissent la punition de Dieu ».
On peut qualifier ces affirmations de "théologie de la gloire". Gloire de l'homme, s'entend; et puis, ces élucubrations sont-elles de la théologie ?

Le second est celui des wahabites, né au XVIIIem siècle dans le désert d'Arabie. Véhiculé par des prêcheurs analphabètes, ils s'inscrit dans une compréhension « littérale » du Coran, sans exégèse, sans intériorisation. Une croyance de bergers nomades, pareille à celle des planteurs de maïs de l'Ohio. Cette manière de concevoir le Coran fut moquée d'abord, condamnée ensuite, par les plus hautes instances de l'islam, l'université Al Azhar en tête.

Hélas, dès le début du XXem siècle, grâce au pétrole, et avec la bénédiction des Anglais, des Américains ensuite, et l'alliance avec la tribu des Saoud, ce fondamentalisme rétrograde eut les moyens de se propager un peu partout dans le monde arabe, et aujourd'hui en Afrique, alors qu'il ne fut reconnu comme conforme à l'orthodoxie musulmane qu'en...1932 !

En voilà encore un qui fait de l'intellect l'ennemi de la foi. C'est plus facile ainsi, c'est clair; après tout, lire peut-être mauvais pour votre salut. Rester crétin est un gage de fidélité.

Cela s'appelle du fidéisme. C'est la foi du charbonnier, qui peut être touchante, émouvante parfois, mais qui revient à faire de la passivité docile une attitude obligée.

Le Vatican, jeudi dernier, a publié le document de conclusion du synode de 2008 sur la « parole de Dieu » ou comment manier le texte sacré, et peut-on entretenir une distance critique avec le texte même qui fonde la foi ?

Problème qui touche toutes les religions, vous en conviendrez.

La réponse pour la religion catholique est claire: « il faut une foi qui, maintenant un rapport adéquat avec la droite raison, ne dégénère jamais en fidéisme, fauteur d'une lecture fondamentaliste de l'Ecriture ».
Les exégètes doivent, eux, mettre leur connaissances au service de la théologie, faute de quoi ils pourraient mettre en péril le socle de la foi.

Le texte va plus loin et recommande de distinguer le sens littéral du sens « spirituel », mais: « le processus d'interprétation authentique requiert « une pleine implication dans la vie ecclésiale », comme il dénonce les prêches qui, par des divagations de tout ordre, mettent plus en valeur le prédicateur que le texte. Et vlan  ! pour pour les télévangélistes américains !

Quant à nous, nous dénonçons avec vigueur le financement par des églises américaines de bâtiments destinés à propager l'idéologie de leurs sectes. Nous faisons de même pour l'envoi de « missionnaires » évangéliques, baptistes, mormons...et autres.

Comme nous dénonçons le financement par l'Arabie saoudite de mosquées et de prêcheurs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article