La foire aux gogos...

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

Conscience.jpg

 

 "La conscience"  par Pierre Mougeaux

 

 

Hier, ce bon Monsieur Duquesne sur France 2 nous a présenté une émission édifiante.

Jugez donc. Voilà un type qui opère avec des instruments invisibles, et jette les déchets opératoires, invisibles eux aussi, dans des poubelles qui, à l'arrivée, sont tout aussi immaculées qu'au départ.
C'est un chirurgien « biomagnétisseur » !

La patiente, une octogénaire qui soufre de problèmes inhérents à son âge et à sa constitution, est ravie ! Elle n'a pas recouvré un poil de souplesse, mais quelqu'un s'occupe d'elle, c'est toujours ça et cela fait plaisir !

Le gourou parisien de cette fumisterie, qui forme à 2.500 euros la semaine, des gogos prêts à perdre leur fric, a déjà été condamné pour exercice illégal de la pharmacie et escroquerie. Qu'à cela ne tienne, il se trouve toujours des naïfs pour lui apporter leurs économies et raconter des salades à leurs patients.

Vous allez me dire que cela a toujours existé: les rebouteux, les diseurs de bonne aventure, les mages, les exorcistes, les..., donc que la vie continue avec son lot habituel de conneries ésotériques.

Après les biomagnétisseurs invisibles, qui « soignent » des scolioses par des tours de passe-passe, viennent les « maîtres » du Feng Shui, ce monument chinois de la superstition la plus crasseuse.

Au moins ce dernier n'est nocif que pour le portefeuille, car les honoraires de ces « maîtres » auto-proclamés sont tout sauf évanescents. Leur discours sur la circulation de l'énergie, que rien de scientifique ne soutient, font illusion auprès de gogos toujours disposés à leur ouvrir grand leur portefeuille.

Suivent les ravages opérés par ces églises peudo-chrétiennes, dites « évangéliques », animées par d'étranges pasteurs auto-proclamés eux aussi, et qui se piquent de soigner tout et n'importe quoi à coup d'alléluia !

Comme en est arrivé là ?

Ou, mieux dit: pourquoi n'évolue-t-on pas ? Nous sommes, paraît-il, des gens de plus en plus instruits (?), mieux éduqués qu'il y a un siècle, plus au faîte des progrès de la sciences que nos parents, mieux informés grâce aux médias, à l'internet, à la télévision... Alors pourquoi ?

Tout simplement parce qu'en nous sommeille toujours la petite fille ou le petit garçon qui crie « maman » quand on la (le) touche...

Parce que nous avons peur de ce qui nous dépasse, de ce qui reste encore inconnu, voire mystérieux et dont la part de mystère nous est de plus en plus insupportable.

Il est insupportable de savoir que nous allons mourir et, sans doute aucun, pourrir en terre en attendant une hypothétique résurrection. Insupportable de savoir que nous souffrons d'une maladie qui échappe aux connaissance des médecins, des vrais..

Insupportable de ne pas toujours se sentir à l'aise, sûr de soi, d'accepter que le bonheur n'est pas un droit, pas plus que le malheur...

Alors on se précipite chez celui qui en « sait plus » que le médecin ordinaire, celui qui pénètre des sphères ignorées ou snobées par la médecine des hôpitaux, et comme on ne demande qu'à croire, on sera servi !

Vous ne vous trouvez pas très bien dans votre maison, vous y dormez mal; c'est sans doute, comme le dit cette « maîtresse Feng Shui », que la plante dans le salon émet de mauvaises ondes, déplacez-là et cela ira mieux. Et, dans la foulée, et pour justifier ses honoraires, la « maîtresse » vous conseillera de vous habiller en bleu ou en rouge, parce que les ondes émises par ces couleurs s'accorderont bien avec votre Chi...

Comme on ne demande qu'à croire...

Le vague à l'âme nous submerge, on se demande pourquoi notre amoureux nous a plaqué, nous, cette « femme à nulle autre pareille », alors on s'en va trouver ce psy hors du commun qui a fait tellement de bien à notre copine Chantal et qui, sur base d'analyses psychogénétiques, nous expliquera que tout cela est la faute de notre mère !

Un chose est certaine: toutes ces élucubrations occupent pas mal de gens, ceux qui les vendent et ceux qui les consomment...

Et cela ne s'arrangera pas, car ces naïfs ne font pas d'ombre à ceux qui, ouvertement, sans se cacher, mènent la société au rythme qui convient à leurs intérêts propres.

Alors, tant qu'à faire, les élucubrations de ces gogos leur laisse le champ libre, et ils laisseront faire.

L'esprit critique, le devoir d'impertinence ne sont pas donnés à tout le monde.

La preuve, hier encore, et en couleur...

Commenter cet article