La France en route vers ...l'Argentine

Publié le par Ali


giorgio-de-chirico-07.jpg
De Chirico

Lundi, l’agence notation Moody’s remettait sur la table la question des dettes publiques, en estimant « 
très probable » l’abaissement de la note de quatre grands pays : le Royaume-Uni, la France, les Etats-Unis et l’Allemagne. De ces quatre grands pays, c’est la France qui court actuellement le plus de risque, en raison du poids des charges de la dette, a également indiqué l’agence de notation.

domino

Moody’s assure que l’espoir mis par ces pays dans la reprise économique pour résoudre les problèmes de dette « a jusqu’à présent été brisé par le fait que le gros de la reprise mondiale se place ailleurs ». L’agence estime qu’il n’est pas possible « d’esquiver la nécessité de baisser les dépenses » en laissant les plans de relance en place et en espérant la croissance : « Cela mettrait à l’épreuve la patience et la confiance des marchés financiers ou des banques centrales, qui pourraient se mettre à combattre les attentes d’inflation en élevant les taux d’intérêt. »

Le messages est sans ambiguïté : pour baisser les dépenses, il convient pour ces ces pays d’entamer sans plus attendre une restructuration budgétaire du même type que les mesures d’austérité promulguées par le gouvernement grec la semaine dernière, soit des coupes salariales frappant tous les niveaux de revenus, un gel des retraites, une augmentation de la TVA et une hausse des taxes sur l’essence, entre autres.

Le chantage des agences de notations accélère encore un peu plus la cadence de la crise des Etats, accréditant une fois encore nos pire prévisions. Nous écrivions en effet, il à 5 jours à peine : « Il est urgent de comprendre que notre sort n’est pas séparé de celui des Grecs. Demain, ce sera le tour du Portugal, puis de l’Espagne ou de l’Italie, avant que le piège ne se referme sur nous tous. » (lire Nous sommes tous des Grecs ! )

20% de Grecs pour un « soulèvement général »

Un sondage réalisé auprès de 1.008 personnes du 8 au 10 mars, c’est à dire avant la deuxième grève générale de jeudi dernier, indique que 20% de la population grecque était en faveur d’un soulèvement général afin d’obtenir l’abolition de mesures d’austérité.

La majorité des sondés est en faveur d’une riposte syndicale modérée : pour 40%, les syndicats doivent « rechercher des solutions pacifistes » et pour 35% « exprimer leur opposition mais sans impulser de violences sociales »

L’Euro en chute libre

L’euro baissait nettement lundi face au dollar, le marché des changes se montrant anxieux en attendant l’issue d’une réunion des ministres européens des Finances consacrée à la crise grecque.

Cet accès de faiblesse de la monnaie unique européenne intervenait alors que les ministres des Finances de la zone euro, réunis à Bruxelles, tentaient de mettre en place un plan de soutien financier de 30 milliards d’euros à la Grèce.

lire la suite sur:http://www.mecanopolis.org/  
et

http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-France-se-desindustrialise-la-route-vers-l-Argentine-2835.html

 

Sur Egalité et Réconciliation, excellent article sur la mort de l'industrie française, qui nous mène, petit à petit mais sûrement à une situation argentine.

bibendum




M. Yahia Gouasmi, Président du parti antisioniste...


Sarkozy : Les Binationaux et le sionisme

 


Il y a quelques jours j’ai fait parvenir au nom du Parti Anti Sioniste un courrier à M. Sarkozy, Président de la République, à Michèle Alliot-Marie, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, aux Députés, Sénateurs et parlementaires européens français, une lettre attirant leur attention sur le scandale que représentent les franco-israéliens.

Il existe en effet un grand nombre de binationaux israéliens qui prennent part, au sein de l’armée israélienne ou d’autres services, aux agressions de l’entité sioniste contre les Palestiniens ou les pays arabes voisins. Pire encore, ces franco-israéliens, tout en résidant en France, ont le statut de réservistes et peuvent être rappelés pour les prochaines agressions décidées par Israël.

Sans mandat du gouvernement français, la France et son peuple se retrouvent, de fait, impliqués dans des guerres qui ne sont pas les siennes. Je n’insisterai pas aujourd’hui sur l’assassinat d’un dirigeant palestinien à Dubaï mais la preuve a été apportée que des passeports français ont été utilisés par des agents du Mossad. Étaient-ce des binationaux ? L’enquête le déterminera.

Quelques jours avant l’envoi de ces courriers, M. Sarkozy m’a répondu, je dirais par anticipation, remettant la Légion d’Honneur au Grand Rabbin de France Gilles Bernheim (ce curieux religieux qui a approuvé les massacres de l’armée israélienne à Gaza).

Lors de l’échange des discours, M. Sarkozy a fait une apologie de la binationalité franco-israélienne. Je le cite : « V
ous n’avez pas à vous excuser de votre attachement envers Israël ». Puis, confondant volontairement sionisme et judaïsme, il prétend reconnaître aux Juifs un attachement profond pour la religion sans que ce sentiment ne s’accompagne pour autant de la pratique religieuse. Et d’ajouter que chez les Juifs, « le culte et la culture ne sont pas si éloignés ». Tout est dit. M. Sarkozy, devenu pour un instant spécialiste de la religion juive, nous affirme que celle-ci peut dispenser de la pratique religieuse alors que chacun connaît la quantité de prescriptions obligatoires que contient cette religion pour ses adeptes. 

Enfin, il pense que dans le cas des Juifs, le culte et la culture ne sont pas si éloignés. Ce qui revient à dire que les Juifs sont dispensés de ce fameux principe de la laïcité qui a empêché de mentionner les racines chrétiennes de l’Europe dans le projet de constitution européenne. 

En fait, ces deux affirmations confirment bien une réalité. Quand M. Sarkozy dit les Juifs, il pense aux sionistes. Et quand il parle de religion à propos des Juifs, il pense à l’utilisation mensongère du judaïsme qu’en font les sionistes. D’ailleurs, les Juifs religieux antisionistes de Yechouroun et de Neturei Karta soutiennent le peuple palestinien, la résistance libanaise et le Président Ahmadinejad pour leur combat antisioniste, et sont les premiers à dénoncer cette imposture.

Oui, je l’affirme : le prétendu judaïsme des sionistes n’est qu’un paravent pour tenter de masquer une politique d’usurpation et de domination. C’est un pseudo-judaïsme tellement politique que, selon M. Sarkozy, il dispense de sa pratique… Les juifs pieux apprécieront !

Tout cela soulève d’ailleurs une question à laquelle les sionistes, qui ont transformé leur politique en religion, ne peuvent pas répondre : un juif athée est-il encore un juif ? Pour M. Sarkozy, l’adhésion au sionisme, c’est-à-dire à une idéologie d’apartheid, raciste, à une politique d’usurpation et de conquête, cette adhésion est compatible avec les valeurs de la République française : Liberté, Égalité, Fraternité.

Pour ma part, je pense que les valeurs du sionisme sont tout autant étrangères au judaïsme qu’à la République française.

Par ces propos, M. Sarkozy est en train de nous inventer une nouvelle définition de l’identité française. Si on suit son raisonnement, les valeurs de la République et celles du sionisme sont tellement proches et complémentaires qu’un jour, on nous expliquera que les seuls vrais Français sont ceux qui soutiennent Israël…


Le Président,
Yahia Gouasmi.

Commenter cet article