Le Bloc-notes d'Alain Soral

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

Bloc-notes N°61 d’Alain Soral (paru dans Flash Magazine)

 

 


Quand la géopolitique rejoint les Ecritures: le Mahdi et Jésus s'en vont en guerre contre l'Empire.

 

 

 soral11.png

 

Source: Egalité et réconciliation

 

Diversité des soulèvements “arabes”

 

D’abord ne pas faire d’amalgame. Les soulèvements tunisiens et égyptiens sont certes comparables par leurs causes politiques et sociales, donnant comme souvent raison au sociologue Emmanuel Todd : soit une population jeune et chômeuse exaspérée par un pouvoir inique et une occidentalisation des mentalités, via les médias, qu’un islam d’état, prônant la soumission à l’ordre, ne permet plus de juguler. Mais ces deux soulèvements ne revêtent pas du tout les mêmes enjeux.

Car si l’Empire peut se satisfaire du changement tunisien, une gestion familiale et mafieuse, à ramifications françaises, remplacée demain par une “gouvernance” plus conforme aux critères démocratiques (soit aux règles du FMI), ce même Empire ne peut pas se permettre une perte de contrôle militaire de l’Égypte qui conduirait à la fin du blocus de Gaza et à la déstabilisation d’Israël.

C’est d’ailleurs à ça, et à rien d’autre : maintien ou levée du blocus de Gaza par le nouveau pouvoir égyptien, que nous saurons dans quelques mois, à la fin des remaniements et des troubles, qui a gagné du peuple ou de l’Empire.

En Libye, en revanche, il est certain que l’Empire a profité de l’embrasement de ses deux pays frontaliers pour déclencher une opération de déstabilisation, style “révolution verte” iranienne.

Un soulèvement partiel rendu possible là-bas, non pas parce que Kadhafi exploitait outrageusement son peuple à la façon des potentats voisins, mais au contraire parce que sa progressive soumission économique aux Américains, concédée sous la menace, est parvenue à lui aliéner une partie de la population en détruisant, par la spoliation impérialiste, la prospérité qu’il avait originellement créée en nationalisant le pétrole, en socialisant la richesse et en développant le pays.

Il est d’ailleurs possible, une fois l’effet de surprise passé, comme en Côte d’Ivoire où Gbagbo tient toujours malgré la volonté occidentale, que Kadhafi reprenne, encore à l’iranienne, le contrôle du pays ! Les médias, après la diabolisation forcenée des premiers jours, typique de ce genre d’opération globale à l’irakienne, commencent d’ailleurs à nous préparer à cette éventualité, par un traitement un peu plus nuancé.

Mais que ce soit la Tunisie, l’Égypte ou la Libye, on peut constater qu’à aucun moment l’islamisme n’a été le moteur des soulèvements. Bien plutôt la soif de liberté et d’égalité dans un cadre national, face à un même mondialisme corrupteur et spoliateur, identifié ou non identifié. Un mondialisme financier bien plus totalitaire et uniformisateur finalement, que la Oumma fantasmée par l’Occident.

Même combat des deux côtés de la Méditerranée
Pas de choc des civilisations islam/Europe chrétienne, donc, mais tout au contraire, une aspiration assez universelle à la dignité des peuples, avec au fond les mêmes revendications là bas qu’ici, contre des élites pareillement vendues à la finance mondialiste et au sionisme.

Mêmes aspirations politiques et sociales, de ce côté et de l’autre de la méditerranée, convergeant aussi sur le plan théologique. L’eschatologie chrétienne dans l’Apocalypse de Jean concordant avec les hadîts coraniques sur la fin des temps où Jésus vient prêter main forte au Mahdi pour triompher ensemble du même Antéchrist.

Un Antéchrist mammonique dont chacun comprend que l’antre est plutôt Wall Street que Tora Bora. Et je me demande d’ailleurs comment certains, qui se disent catholiques, peuvent justifier de travailler pour le diable USraélien, quand la théologie rejoint à ce point la géopolitique pour nous montrer la voie du Bien.

Face au matérialisme marchand, le front de la foi
Un front de la foi qu’il serait utile de réaliser aussi sur notre territoire pour sanctifier la nécessaire solidarité des classes exploitées. Unir les “de souche” chrétiens de la classe moyenne blanche paupérisée et le prolétariat musulman intégré contre ce même matérialisme marchand destructeur.

Une réconciliation nationale contre le mondialisme, plutôt que cet anti-islamisme malhonnête et malsain, amalgamant pour faire peur la minorité islamo-racaille – stipendiée par l’Empire via SOS-Racisme ou le wahhabisme saoudien – et le citoyen musulman du quotidien, dont le respect des valeurs religieuses est à l’opposé de la délinquance libérale-libertaire incarnée par l’UMPS . Un rempart moral face à la destruction marchande qui rejoint cette “droite des valeurs” chère au camp national.

Car je le redis : l’équation “immigration + délinquance = islam” est une escroquerie.

L’islam véritable – pas l’islam racaille ou salafiste sponsorisé – est le meilleur antidote à la délinquance pour la jeunesse issue de l’immigration et, face à la destruction par la gauche française du roman national qui permettait l’assimilation, le seul moyen présent de l’intégration sociale.

Les deux Marine le Pen
C’est sur cette question que je ne peux pas suivre Marine Le Pen.

Autant je trouve son analyse, sa critique et son discours économico-social des plus justes. Un discours travaillant authentiquement au redressement national qui lui confère une stature présidentielle.

Autant je trouve son discours sur l’islam – rendu à la fois cause de l’immigration quand il en est la conséquence, et synonyme de délinquance quand il en est le remède – indigne d’un futur chef d’État. Mais je sais Marine suffisamment intelligente et lucide pour comprendre – comme le dit d’ailleurs Alain de Benoist – qu’on ne peut pas combattre le mondialisme financier et valider en même temps ce “choc des civilisations”, théorisé et imposé par ces mêmes mondialistes financiers néo-conservateurs, pour en faire l’instrument et le piège ethnico-racial de leur domination.

Une incohérence dont Nicolas Dupont-Aignan, intelligemment, se fait déjà fort de tirer avantage.

Indigène et Indigénat
Mais cette critique que je fais à Marine Le Pen, j’aimerais bien que certains, du côté des Français récents, la fassent aussi à Houria Boutelja qui travaille, côté immigrés, au même “Choc des civilisations” par encore plus de contre-vérités et de mensonges.

Un Français de ce côté de la Méditerranée ne pouvant être un colon, puisque dans son pays, pas plus que l’immigré, pour la même raison, ne peut être un indigène. Et si les fumeux “Indigènes de la République” veulent parler d’indigénat – soit du statut administratif de nos anciens colonisés – il faudrait alors, pour rompre avec ce statut humiliant, faire le contraire que de continuer à travailler en douce pour les successeurs PS de Jules Ferry, père de la colonisation, que ce soit par le discours ou le financement. Car pour parler clair, si le collabeur Abina, monsieur banlieue pour France 2 est venu me menacer avec sa petite clique de nervis, ce n’était pas pour me demander des comptes sur Marine Le Pen – je les avais déjà amplement donnés – mais pour que j’enlève du site Égalité & Réconciliation cette précision gênante en réponse à un article de Riposte laïque. Article qui prétendait stupidement que la porte parole du PIR (c’est le cas de le dire) était financée par les musulmans, puisque salariée par l’Institut du monde arabe, alors que le président de cette officine est Dominique Baudis, cadre de l’organisation France-Israël.

Des indigènes de la République finalement confortablement installés dans l’indigénat au service de la pire République, puisque travaillant, dans la tradition SOS-Racisme, à l’infériorisation des leurs. Avec d’ailleurs sur leurs affiches incitant dangereusement à la haine raciale, les mêmes termes coloniaux, parfaitement infantilisant et méprisants, de “Rebeu” et “Renoi”.

Le sérieux de la crise économique
Pendant ce temps, la troisième crise de Wall Street se prépare avec l’écroulement du dollar et la spéculation sur les matières premières alimentaires. Une crise qui achèvera sous peu de détruire l’épargne des classes moyennes et qui va diminuer d’un tiers le pouvoir d’achat des ménages.

Tout ça toujours à cause de la FED, de JP Morgan et de Goldman-Sachs, comme nous l’explique fort bien Pierre Jovanovic. Une entreprise de spoliation bancaire que n’autoriserait pas, soit dit en passant, la finance islamique.

Jeu électoral
L’Empire qui sait fort bien tout ça, et qui peut, par sa mainmise sur le système médiatico-politique, faire ou défaire un politique en quelques mois, travaille donc à propulser Marine Le Pen, à condition qu’elle s’attaque à l’islam. Marine Le Pen promue depuis dimanche de la place de troisième homme à première du premier tour. Un sondage qui nous fait subtilement comprendre que si Sarkozy est déjà cuit, seul DSK peut battre dorénavant Marine le Pen… et sauver la démocratie !

Au fait, puisqu’on parle de la fabrication des politiques par les sondages, il est passé où François Bayrou

Commenter cet article