Les Français aiment leur clocher. C'est bien tout...

Publié le par Ali




Il ne faut pas pratiquer la politque de l’autruche.
Si demain la France devait se prononcer sur la présence des minarets, la réponse serait non à soixante pour cent au moins.
M. Xavier Bertand ne s’y est pas trompé qui, dès lundi, a déclaré que les minarets en France ne sont pas forcément indispensables, et s’il a atténué sa déclaration par la suite, M. Lefebvre, lui, n’a pas ces états d’âme et trouve que le débat sur l’identité nationale est le meilleur endroit pour discuter de ce point. M. Besson est d’un autre avis, et on le comprend ; depuis le départ de « son » débat, il lui faut modérer les propos  racistes et xénophobes qui, sur le site de son ministère, fleurissent à foison malgré la vigilance des modérateurs. Ambiance !
Pour les Français, la France c’est l’image d’un village avec son clocher bien en exergue.

Madame Boutin, catholique fervente s’il en est, ajoute : la France n’est pas terre d’islam et  la généralisation des minarets serait le signe que la France cesse de défendre ses valeurs.

Et c’est bien vrai que le village français, c’est d’abord son clocher.

Et tout aussi vrai que la France n’est pas terre d’islam.

Mais il nous faut raison garder.

On m’a appris que les valeurs de la République sont symbolisées par les mots : Liberté, Egalité, Fraternité et laïcité, qui sont tous repris dans l’article 1 de la Constitution.

La liberté, c’est aussi la liberté religieuse, qui n’est pas (encore) menacée en Suisse ou en France.

L’égalité, c’est celle de traitement. Je ne vois pas pourquoi la construction d’une mosquée serait tolérée, mais sans minaret, alors qu’une église pourrait avoir son clocher.

La fraternité, je crois que de moins en moins de monde sait ce que cela veut dire, autant passer au point suivant.

La laïcité est le fait de considérer le citoyen dans sa seule et unique qualité d’habitant de la cité.

Ce qui veut dire concrètement que si une disposition d’urbanisme public prohibe toute construction de tour sur un immeuble, cette interdiction concerne tout type d’immeuble et pas seulement une catégorie bien particulière.

Je crois que c’est clair.

La France, comme le dit Madame Boutin n’est pas une terre d’islam. Elle a raison.

Mais si les Français sont à ce point attachés à leur clocher, pourquoi ne rentrent-ils pas plus souvent dans leurs églises ?

La déchristianisation de la France, qu’à titre pêrsonnel je déplore, n’est-elle pas la préoccupation première de l’épiscopat national ?

Ces Français qui quittent leur église, ils ne la quittent pas pour prier dans une mosquée. Ils ne prient plus. Ils ne défendent pas leurs valeurs chrétiennes, mais ne deviendront pas musulmans pour autant…

Et s’ils craignent une islamisation, je me demande bien comment elle pourrait se réaliser vu le manque de candidats.

En fait, minarets, burqa, immigration, identité nationale, voilà un ensemble de non-problèmes qui sont mis en pâture au bon peuple pour le distraire des vrais défis que l’avenir lui réserve, à commencer par celui de la planète.

Au Café du Commerce on refait le monde qui, lui, continue à tourner comme si de rien n’était.

Ce qu’il faudrait faire sans tarder, c’est  intégrer sans heurts ces immigrés et leurs descendants qui, volens nolens, resteront dans nos pays dont ils sont une composante de l’avenir.

C’est d’en finir avec la discrimination dont ils sont l’objet. C’est de multiplier pour eux les moyens éducatifs dont ils sont privés.

Cette mise en œuvre nécessite un budget énorme que, pour des raisons purement électoralistes,  l’on ne veut ou n’ose, débloquer.

Alors on se divertit et, pendant ce temps, la situation pourrit un peu plus chaque jour.

Jusqu’à celui où il sera trop tard…

 

 

 

Commenter cet article