Lybie: la guerre qui vient du Nord

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

Ils ne s'imaginaient quand même pas que Khadafi allait partir en jet privé vers les Bahamas ou l'Arabie saoudite, en laissant comme souvenirs ses Rolex et autres Ferrari, comme un vulgaire Ben Ali ?

L'homme est d'une toute autre trempe.

Mégalo, coupé de la réalité, allumé grave certes, mais pas du tout débile. Il sait très bien ce qu'il veut: entraîner les occidentaux dans une intervention armée, piège qui les discréditera en moins de deux.

Le peuple libyen, en fait, à la place de « peuple », il vaudrait mieux écrire:  les tribus  qui composent l'entité géographique qui s'appelle, depuis les Italiens, la Libye, sont comme tous les peuples du monde, fiers de leur indépendance, jaloux de leur identité et hospitaliers envers l'étranger pourvu qu'il se maintienne à la distance de l'invité. Si cet équilibre est rompu, c'est la confrontation inévitable.

En Libye, il y a du pétrole, beaucoup de pétrole. New-York, Londres ou Paris, se verraient bien sur place, à Tripoli, pour s'occuper de cette manne, et qu'importe qu'il y ait quelques troubles, que le peuple de Libye soit, une fois de plus floué et dépossédé de son dû, ce genre de scrupules n'étouffe pas grand monde dans la sphère de l'or noir.

D'autant moins que des institutions, manipulées ou complices, la question n'est pas là, peuvent être intelligemment utilisées pour les intérêts si privés de ces Messieurs: Otan, Conseil de l'Europe, Union Européenne, Union pour la Méditerranée (elle existe encore, nous avons vérifié …), et les autres officines disséminées ci et là qui servent à caser des hommes que les pouvoirs tiennent en réserves de leurs politiques.

afrique.jpg 

 

 

 

Vous pouvez donc vous attendre à une extension de la guerre civile en Lybie et de l'implication prochaine de l'Otan via le Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Ce serait la pire des politiques, celle qui mettrait, une fois de plus, en exergue l'expansionnisme impérialiste occidental et qui nous couperait des peuples de notre frontière sud, tout le monde le sait, mais c'est le prix à payer pour Total, BP, Exxon et consorts.

Dans les coulisses, l'entité sioniste en Palestine se frotte les mains: rien n'est plus dangereux pour elle que le retour du pan-arabisme. Restreindre l'identité arabe à l'islamisme (terroriste: air connu), maintenir Israël dans le rôle de chien de garde de l'occident au Moyen-Orient, la voilà la meilleure assurance d'une survie à long terme sur laquelle peu se risquent encore à parier

Victimes de ces politiques bellicistes et réductrices: les peuples d'Europe dont les dirigeants donnent des leçons de démocratie et de morale politique à la terre entière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article