Monsieur Guéant et son problème

Publié le par Le blog des amis d'Ali

gueant.jpg

 

 

 

 

Monsieur Claude Guéant est ministre de l'intérieur, chargé du culte. C'est un acteur important dans l'exécutif de notre République.

Or voilà que cet homme, qui a notre sécurité dans ses pouvoirs, se permet de déclarer: « la hausse du nombre de musulmans pose problème ».

Qu'il y ait des problèmes en France, nul ne le contestera. Mais est-ce à un ministre de diagnostiquer que ces problèmes sont liés à la religion d'un certain nombre de nos compatriotes ?

Monsieur Guéant, ministre de la République dont l'article 1 de la Constitution stipule clairement que « la République est laïque » verse, par ses propos, dans un communautarisme que, précisément, notre Constitution prohibe.

Il n'y a en France que des Français, tous laïques, tant il est vrai que nous ne reconnaissons que des citoyens vivant en tant que tels dans nos cités, indépendamment de leur religion, philosophie ou origines sociales et ethniques.

Ce disant, monsieur le Ministre contrevient au principe de laïcité qui gouverne notre État et dont il devrait être le garant.

Si ces propos avaient été tenus par le premier ministre du Royaume-Uni, pays qui ne s’embarrasse

guère de laïcité, eut été compréhensible, mais cela ne s'est jamais produit.

Monsieur Guéant a en charge notre sécurité. Que cette dernière soit menacée par de la racaille, des bandits, des escrocs, des psychopathes est une constante qu'il importe, pour chaque ministre en charge, de prendre en compte en tant que telle. Il n'y a pas de délinquance spécifiquement musulmane, il n'y a que de la racaille, avec ou sans col blanc. Point !

Reste le problème du culte musulman qui s'est développé en France à la suite du nombre croissant d'immigrés qui, à notre propre demande, sont venus s'y installer pour travailler.

Que la loi de 1905 n'ait pas pris en compte les musulmans, est normal, il n'y en avait pas ou si peu. Dès lors, il faut revoir la loi de manière à ce que ce culte soit pleinement intégré dans nos institutions, et cela ne peut se faire qu'en retoquant la copie initiale; il n'y a aucun sacrilège à le faire, la loi de 1905 n'est pas un dogme quand même, elle est comme tous les textes législatifs révisable ad nutum.

Ce que monsieur le ministre ne semble pas vouloir comprendre, ou plutôt feint de ne le vouloir.

Car, avant d'être ministre, monsieur Guéant est un aboyeur du Président Sarkozy, il dit tout haut ce que son maître pense tout bas, et si ce dernier pense, ce n'est pas pour l'émulation de sa fonction, mais la préparation de sa réélection. Et cette dernière le pousse à rejoindre les thèmes les plus extrêmes qui plaisent, croit-il, au plus grand nombre, celles de la xénophobie primaire, de l'islamophobie, du rejet et de l'exclusion..

Un ministre de l'Intérieur est garant de notre sécurité, pense-t-il vraiment la garantir de cette manière, ne trahit-il pas sa fonction ? Ne jette-t-il pas de l'huile sur le feu ?

Un ministre qui trahit sa fonction, cela s'appelle, en droit, la forfaiture !

Avec de pareils propos, l'amalgame est vite fait entre insécurité et musulmans et permet, ce faisant, au ministre de se dédouaner: l'insécurité est le fait d'une communauté religieuse, point final !

Mais monsieur Guéant, ne nous y trompons pas, n'est que ministre pour la forme. C'est un exécuteur, avec ce fond cruel, vexatoire et réducteur: le musulman est le problème.

Comme le juif l'était avant la guerre.

Monsieur Guéant a un problème avec les musulmans.

La France a un problème avec lui !

 

Commenter cet article

list 06/04/2011 18:42



Il a un mort sur sa conscience, un désespéré qui a été abattu dans une école maternelle.