Marc-Edouard Nabe sous les décombres

Publié le par Ali

lhommequiarretadecrire-400.jpg

 


L'écrivain le plus détesté de cette génération. Et le plus occulté aussi. Il y a de quoi !

Son dernier opus, « L'homme qui arrêta d'écrire », il l'a publié tout seul, sans éditeur, attaché de presse, dir de com, et promo à la télé.

Et tout y passe: l'internet, les jeux vidéos, l'art contemporain, ce qui reste de littérature, le théâtre des metteurs en scène qui s'imaginent le faire, les journaleux qui écrivent sous dictée, les asexués obsédés de sexe et qui ne baisent plus, ces filles qui « portent des mini-jupes mais ont une burqa dans la tête », le rock, le rap, le...tout...

Un peu comme « Les Décombres » de Lucien Rebatet, paru en 1941, et dont Nabe est un admirateur.

Au bout de ces sept-cents pages, on ressort sonné, titubant comme un boxeur revenu des filets, les idées vides et le goût amer de celui qui pense s'être totalement gourré.

Le style est direct, prestissimo comme une balle qui s'arrache du barillet et touche la cible, vous, moi, les lecteurs, tout ce bon monde abonné à l'occidentalisme de bon aloi, au conformisme petit bourgeois engoncé dans ses certitudes de passage, et que la mode façonne au gré de quelques bateleurs médiatisés.

Pas très agréable à lire qu'on est tous des cons abonné au bourrage de crâne concoté par des excellences de la pub.

Et qu'on finira implosés par notre propre suffisance, ce qui ne serait rien sans ces fragrances merdiques troublant le juste soulagement de tous ces peuples que nous avons tellement méprisé.

Pour commander le livre, c'est très simple:http://www.marcedouardnabe.com/ 

Ci dessous, Nabe en 1985 chez Pivot. En matière de provoc je suis battu !

Prenons-le très au sérieux, Nabe, rien n'est plus sérieux qu'un provocateur !

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article