Obama, prix Nobel de la pet

Publié le par Ali



Eh bien non ! je ne vais pas en rajouter une louche et hurler avec les loups. Ce prix il ne l’a pas cherché et je ne suis pas sûr que cela lui fasse vraiment plaisir, il doit penser que c’est même un peu lui forçer la main.

Car en fait, que récompense-t-il ce Nobel, sinon des intentions ?

Les faits, eux sont têtus. Pas de paix en Irak, encore moins en  Afghanistan et ne parlons pas du Proche-Orient où Netanyahou s’imagine qu’il a temps et l’opinion pour lui…
Un prix qui recompense des intentions, cela vaut quoi ?
A ce compte, je puis aussi l’avoir, moi, le prix Nobel de la paix, car des intentions pacifiques, j’en, ai plein. Et tant qu’à faire celui de médecine, car du cancer, je vous jure que je veux lui faire sa fête !

Mais bon, je ne suis pas président des Etats-Unis, ni même de la République Française.

Reste cette distinction qui, bradée au fil des temps, ne représente plus que celui qui la reiçoit, en l’occurrence un brave type, avec des idées généreuses, un orateur charismatique et un enfant venu de pas très loin et qui s’est hissé sur le podium.

C'est pas mal, ce n'est pas assez, mais...
Restons-en là et ne nous montrons pas méchant, après tout, comme l’a dit le divin Shakespeare:

 

Things past redress

Are now with me past care

 

(je ne me soucie pas de ce qui est au-delà de mes soucis)

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article