Sacré volcan...Saint abbé !

Publié le par Ali

 

volcan-islande-copie-1.jpg

 

 

Il a suffi de pas grand chose. Un volcan qui nous pète à la figure et vlan !tous à terre...

Quelle leçon ! 

La nature, mes amis n'est ni notre complice, ni notre ennemie, elle est telle qu'elle est, avec couchers de soleil somptueux, orages enragés,  tsunami assassins, aurores boréales et polychromes, ses mers turquoises et pies voleuses.

Et nous qui pensions: « on est capable d'envoyer un missile renifler des planètes hors de notre système solaire, alors... »; et puis voilà qu'un Islandais au nom imprononçable nous gâche la vie...

Eh oui...

Notre orgueil est à ce point démesuré que nous refusons notre sujétion, même momentanée, à des forces qui nous dépassent, et comment !

Il y a encore des peuples qui composent avec la nature, qui la respectent, qui savent qu'entre elle et nous c'est donnant-donnant, un peu comme dans un couple qui s'aime. Seulement voilà, chez nous, hommes blancs, ce contrat, cela fait longtemps qu'on y a mis des coups de canifs, tellement même qu'il n'en reste plus grand chose, alors nous voilà désemparés, étonnés, indignés et impuissants.

Où est notre orgueilleuse technologie ? Et notre foi absolue en la science ?

Si cela pouvait nous servir de leçon, de thème de réflexion, j'en serais heureux, mais je pense que ce ne sera même pas le cas; cela nous mettra en colère. Pensez, ce volcan, même pas de première catégorie qui nous paralyse, quelle outrecuidance, quelle audace ! Que font nos gouvernements, que fait la police ?

Rien, mes bons amis, rien du tout sinon attendre que cela passe...

En 1783, cela a duré deux ans ! A Bordeaux, en Aquitaine et dans le Limousin le ciel est resté voilé, le soleil pâle, les récoltes en ont pâti et la famine a fait sa réapparition, certains prétendent même que le ferment révolutionnaire a germé dans cette atmosphère venimeuse .

Ah, je ne vous le souhaite pas, je suis quand même encore un peu humain à défaut d'être humaniste, je souhaite que vous mangiez à votre faim, et je ne voudrais pas que les vendanges soient maigres, cela pourrait vous rendre agressifs.

Mais si, dans un élan d'humilité sincère, vous repreniez vos esprits et réalisiez qu'il  ne faut pas grand-chose pour que votre confort vous semble factice et surfait, alors cette éruption aura eu un effet bénéfique.

Comme l'écrivait si bien Saint Augustin: il ne faut pas perdre l'utilité de son malheur.

 

Il était, lui aussi, un volcan... Tu nous manques l'abbé ! 
Ecoutez-le quelques instants, suivez-le toujours !

 

 

 

 

 

 

 

"Nous voudrions savoir où en est l’éveil de l’humanité. Ils me disent : « Nous vous avons déjà dit que les êtres humains s’éveilleraient de plus en plus et que nous laisserions un sursis à la planète Terre. Nous avons désiré que certains événements soient retardés pour permettre à une plus grande quantité d’êtres de s’ouvrir à la conscience spirituelle. Grâce à ce que vient de vivre le peuple des Etats-Unis, beaucoup d’humains ont entrouvert leurs paupières. Ils ont réalisé qu’en réalité la dualité n’existe pas vraiment, qu’ils sont Un, et lorsqu’un être humain souffre, la loi de résonance s’applique aussi aux autres. Ils se sont aussi rendu compte de la grande force qu’ils peuvent avoir, la grande puissance qu’ils peuvent dégager de leur communion mutuelle, de leurs échanges sincères de prière et de fraternité. Toutefois, les êtres humains ont seulement entrouvert les paupières ; ils n’ont pas encore ouvert les yeux en grand sur ce qu’ils sont réellement."

Commenter cet article

olive 23/04/2010 17:00



Une définition occidentale du couple « qui s’aime » : c’est donnant, donnant.


Je te donnais ça, tu me dois cela ou je t’accepte comme ça et tu dois m’accepter comme ça. Ce serait plutôt une entente mercantile basée sur l’exploitation sentimentale.


Si on aime quelqu’un, on veut le mieux pour lui sans attendre le retour. La même chose existe aussi dans la vraie amitié et rien que pour le connaître, ça vaut la peine de vivre.


Il y a des couples de pays civilisé, religieux (occidentaux, africains, américains) « qui s’aiment » et il y a quelques d’autres.


C’est comme pour le volcan qui enrichit la surface de la terre avec de nombreux oligo éléments mais n’attend rien en retour.


Avec un peu d’imagination : le volcan peut admirer la nature qui s’épanouit autour de lui et la végétation s’attache au volcan en poussant près de lui pour que ce soit joli autour. Chacun
agit selon ses moyens.


C’est difficile à comprendre pour les donnant, donnant, mais bon.