Sarko et ses amis "pédophiles"

Publié le par Le blog des amis d'Ali

sarko-cible.jpg 

 

 

Chassez le naturel, il revient au galop.

On l'avait dit assagi, calmé, responsable, sérieux, rassurant et respectueux.

Paroles, paroles...

Vendredi dernier, en marge du sommet de Lisbonne, lors d'une conférence de presse, et à propos d'une question sur « l'affaire Karachi »n Mediapart nous informe:

 

« Mais quand il lui est rappelé que son nom figure notamment dans des documents montrant qu'il a donné son aval à la création d'une société-écran luxembourgeoise par laquelle transitaient les commissions, il «pète les plombs» selon de nombreux journalistes présents en s'adressant à celui qui a osé lui poser la question.

«Qui vous a dit ça? Vous avez eu accès au dossier? Charles Millon a une intime conviction. Et si moi j'ai l'intime conviction que vous êtes pédophile? Et que je le dis en m'appuyant sur des documents que je n'ai pas vus...»

«Survolté», «hors contrôle», le président ne s'arrête plus. Sa diatribe dure une dizaine de minutes, pendant lesquelles, à plusieurs reprises, il reprend la comparaison. Finalement, il clôt son intervention, tourne les talons et s'en va en déclarant: «Amis pédophiles, à demain.»

Les journalistes français se regardent interloqués, notamment les «journalistes diplomatiques», qui n'ont pas l'habitude des dérapages du président. Dix minutes plus tard, l'entourage de Nicolas Sarkozy revient, conscient de l'énormité du discours, et insiste lourdement: «C'était du off, rien que du off.» Le micro du président était toutefois branché à une console. Plusieurs journalistes ont la possibilité de faire fuiter les sons, ils préféreront «les écraser»: «Tout le monde est off ou personne n'est off», nous ont expliqué certains d'entre eux.

Le lendemain, lors d'une conférence de presse officielle, Nicolas Sarkozy répondra de façon plus posée à la question d'un journaliste sur le sujet. »

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/221110/sarkozy-des-journalistes-amis-pedophiles-demain

 

Ce n'est pas vraiment étonnant, mais révélateur de la duplicité du personnage qui, à Lisbonne, s'est révélé tel qu'il est: brutal, méprisant, vulgaire et corrompu.

Aligné, ventre à terre, sur la ligne politique de l'OTAN, il est allé même plus loin. C'est le seul dirigeant d'un pays membre de l'Otan à avoir ouvertement déclaré que l'Iran constituait une menace nucléaire pour l'Europe, et que le « bouclier anti-missiles » de l'Otan allait nous nous prémunir contre ce danger.

Ce n'est même plus la ligne politique de l'Otan, mais celle de l'entité sioniste « Israël » !

Vous allez me dire que l'un ne va pas sans l'autre.

Et que Sarkozy aussi est au service des sionistes !

Commenter cet article