Sarkozy et la droite dans les cordes !

Publié le par Ali

delvaux-pygmalion.jpgDelvaux: Pygmalion



La droite se voulait décomplexée, la voilà dans les cordes. 
Ce que nous avons à retenir du résultat d'hier, première mi-temps d'un scrutin bien plus national  que régional, est double.
Retenons d'abord que le peuple n'est pas si bête que ça, qu'il peut avoir des sursauts, que patient, il sait mettre un terme à sa bienveillante passivité, et que son opposition, pour le moment, peut se traduire dans les résultats des urnes.
Que le résultat de dimanche est national, qu'il est un rejet de la politique prônée, mise en place et imposée par Sarkozy. 
Il avait promis la croissance, la sécurité, l'emploi. Il l'a fait avec l'arrogance et la brutalité qui le caractérisent. Le peuple qui l'a élu, il l'a traité comme un objet dont on se sert quand on en a besoin et qu'on remise une fois servi.
Il a encore plus subordonné l'économie et l'indépendance de notre pays aux puissances financières, il l'a fait sans complexe, sans états d'âme.
Et voilà la droite française à son niveau le plus bas depuis la dernière guerre. Les députés de sa majorité, ces députés qu'il méprisait, houspillait ou flattait selon ses humeurs, quand il ne les corrompait pas, apprécieront.
Revoici le Front National qu'il avait dévoyé à coup de mesures et de promesses populistes et racoleuses, ses électeurs déçus eux aussi, le lâchent et reviennent à leurs amours fielleuses et xénophobes.
Bravo, la droite « décomplexée » !
Une droite « décomplexée », mes amis, cela n'existe pas, elle finit toujours par égorger la démocratie. 
Ce qui nous mène tout droit au deuxième enseignement de ce vote.
L'exceptionnelle abstention de ce dimanche est le signe évident d'une dangereuse dérive démocratique. Beaucoup d'électeurs ne se déplacent plus parce qu'il n'y croient plus ! Parmi eux, une majorité de gens de droite, dégoûtés par le bling-bling vulgaire de leur président, de sa morgue méprisante, de ses mensonges éhontés. Mais d'autres aussi, déçus par tous les partis, sourds à leurs promesses, découragés, amers et sans espoirs.
C'est très grave ! Un tel rassemblement peut déboucher à court ou moyen terme à une vague  franchement fascisante, rejetant tout débat démocratique, dont le Front National ou d'autres pourront faire leurs choux gras.
Et, alors, la guerre civile n'est pas loin...
La défaite de Sarkozy et de ses affidés n'est pas encore la victoire des forces qui les combattent depuis 2007. Plus que jamais, rassemblons-nous, la bête est dans les cordes, mais elle n'est pas morte.
 

Commenter cet article