Secte évangélique: danger !

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

jesus-camp-poster-11.jpg

 

 

 

 

On me l’avait dit. Je n’y prêtais qu’une attention distraite. Je sais pas pourquoi, mais, moi, les braves gens qui professent une foi de charbonnier, ils m’en imposent. Oui !
Et c’était ce que je faisais avec ces évangélistes, mosaïque de petites sectes les une plus fanatisées que les autres et qui aux questions qu’on leur pose vous répondent invariablement par des versets des écritures ânonnés d’une voix de bon élève.
Ils proviennent des couches les moins intellectuelles de la population, ils ne se posent pas de questions, ils ont toutes les réponses dans la Bible et puis baste !
On ne peut pas demander à tout le monde de faire de longues études, mais de là,  à ne pas être curieux, je me pose des questions…
Ils sont les auxiliaires de la politique la plus impérialiste et réactionnaire que nous ayons à subir depuis la dernière guerre.
Le comble, c’est qu’ils ne s’en rendent même pas compte ! Ils sont manipulés et ne le savent pas, ne veulent même pas le savoir !
Ils sont persuadés d’être dans le vrai. D’être dans le bien ! Les autres, c’est le mal. Et les autres, ce sont sont les catholiques (papistes !), les païens et surtout les musulmans. Ils ont décrété, comme ça, que le jour où il n’y aura plus d’islam, le jour où tous les juifs auront rejoint leur « Israël », Jésus reviendra en pleine gloire et les juifs, émerveillés, se convertiront illico au christianisme !
Ridicule ? Oui,… assassin surtout !
Assassin, car ces gens participent inconsciemment- je le crois jusqu’à preuve du contraire-, à la politique etats-unienne, orchestrée par la CIA.
Au Moyen-Orient, ils proposent des avantages à ceux qui se convertissent (chrétiens arabes ou musulmans !) à leur « christianisme » : visa, argent, relations… tout s’achète !
Et dès que deux ou trois pauvres types, chrétiens nestoriens ou musulmans les rejoignent, alors ils exultent. Alleluia !
Ils offrent, sans le savoir – sans vouloir le savoir - une assise spirituelle à un brutal impérialisme économique, politique et culturel.
Leur inconscience est inimaginable : envoyer, aujourd’hui, des missionnaires en Afghanistan, c’est comme envoyer des Témoins de Jéhova sur le front de l’Est en quarante-deux ! De la folie ! Une vingtaine de leurs adeptes, de malheureux Sud-Coréens, en savent quelque chose.
Ils poussent des cris d’orfraie dès que leur prêche est contré, mais n’ont pas un mot de compassion pour les trois à quatre-cent mille victimes civiles des évènements en Irak. Rien, pas un mot. !
Charitable « christianisme «,  que le leur !
Ils se proclament « chrétiens ». Les seuls, bien sûr ! Les autres (les catholiques, les orthodoxes, une fois de plus…) sont pour eux des crypto-paiëns.
Leur « christianisme » est réduit à une morale sexuelle et à une consécration religieuse de la propriété. Plus grave : une apologie de la richesse.
Il est surtout une reconnaissance du mode de vie américain (« american way of life »).
Et avec tout cela, ils se permettent de donner des leçons de morale à tout va.
Jusqu’à des leçons de sciences. Dieu a créé le monde en six jours. Exit Darwin !
Ils ne sont, en réalité, que le reflet navrant d'une décrépitude intellectuelle et spirituelle de l’Occident, et je ne m’en réjouis pas, loin de là.
Ils accusent les musulmans d’être fanatiques. Les incultes ! s’ils connaissaient l’islam… mais ils ne veulent pas connaître, ils se complaisent dans leur réponses toutes prêtes, dans leurs petites certitudes de supermarchés de la foi.

Ces incultes sont dangereux, leur pouvoir de nuisance ne doit pas être sous-estimé, leur allégeance aux thèses les plus conservatrices de Washington dénoncé. Nos députés devraient se poser la question: d'où vient cet argent avec lequel ils construisent des églises qui, sur notre sol de France, poussent comme des champignons ? Si l'argent saoudiens pour les mosquées choque, les dollars de Washington en font autant pour leurs églises music-hall.

Ils seraient déjà cent-cinquante mille en France.

Qui a dit que les sectes perdaient du terrain ?

D. de S.

Commenter cet article