"Etre juif après Gaza"

Publié le par Ali

Esther_Benbassa.jpg
Mme Benbassa

Un an après l’offensive israélienne sur Gaza, Esther Benbassa propose une question intrigante et des réponses discutables.

Cet opuscule d’Esther Benbassa porte un titre étrange : Etre juif après Gaza. Et pourquoi ne pas l’être ? Etre juif n’est rien d’autre que revendiquer l’appartenance à une grande religion. Ainsi on peut être juif et réprouver la politique de l’état d’Israël, on peut aussi avoir une famille élevée en continuité dans le judaïsme et revendiquer son athéisme, sa non implication avec les décisions du gouvernement de Tel Aviv.

C’est pourquoi la question posée par ce livre, qui se veut scientifique puisque publié sous la bannière du CNRS, est intrigante. Après Arthur Koestler, l’historien israélien Shlomo Sand l’a démontré, « le peuple juif n’existe pas ». Il a été « inventé », au XIXe siècle par les théoriciens du sionisme. A son origine, la religion juive a été comme les autres monothéismes, c’est-à-dire prosélyte. Les berbères du Maghreb sont devenus juifs quand des religieux venus de Palestine les ont convertis. Des peuples du Caucase, où de ce qui deviendra l’Ukraine, ont fait de même, comme d’autres au Moyen Orient, dans ce qui sera le Yémen, l’Irak, l’Iran…

Ce qui n’empêche pas, dans son petit livre, Esther Benbassa de perpétrer la légende d’une « diaspora » qui n’a jamais existé. Les ancêtres de Jean Daniel, le patron de l’Obs, sont des berbères et sont les mêmes que ceux de l’écrivain kabyle Kateb Yacine. Ce serait bien que madame Benbassa, du CNRS, tienne compte d’un certain nombre de vérités de l’histoire. Non, les juifs n’ont pas été expulsés d’Israël par Titus en 70. Cette croyance, comme d’autres, n’est qu’un mythe.

POURQUOI PAS LEUR TAPER SUR LA GUEULE

Bien sûr, aux yeux du lecteur occidental pas très bien informé, le bouquin d’Esther se veut « généreux », je veux dire que la savante ne trouve pas très bien d’avoir tué 1500 Palestiniens, victimes d’un blocus, au prétexte qu’ils se sont un peu énervés en balançant des roquettes, militairement stériles, sur Israël.

Mais, au fil de son discours, surgissent les poncifs classiques : « le développement menaçant du fondamentalisme musulman », « le terrorisme nourri d’une haine irraisonnée de l’occident », « les diktats du Hamas », autrement dit, pourquoi pas leur taper sur la gueule. Le stéréotype de l’arabe lâche, celui qui a laissé en 56, ses godasses dans le désert, n’est pas absent : pendant la guerre de Gaza « les hommes du Hamas se sont cachés ou enfuis ». On trouve aussi la condescendance pour « les erreurs de jeunesse des Palestiniens », alors que ceux-ci se battent depuis cent cinquante ans pour leur indépendance, pour ne parler que de la lutte contre les Ottomans ou les Anglais !

ENTRÉS DANS L’HISTOIRE ?

On peut détester le Hamas, mais on n’a pas le droit, quand on est au CNRS, d’ignorer l’histoire du nationalisme palestinien : il n’est pas né avec la création d’Israël. « Les Palestiniens sont-ils en état de faire des projets d’avenir ou d’écrire leur propre histoire… », nous dit Esther Benbassa. D’abord « projet d’avenir » est un pléonasme, deuxièmement, ils disent chiche !

Parfois l’auteure dit une chose et son contraire. Un exemple : « Israël est comme toutes les autres nations… mais se doit d’être différent des autres nations, ne serait-ce que pour être à la hauteur de l’amour que les juifs lui portent ». Comprenne qui pourra. Et plus encore qui va saisir le sens qui sort de l’apposition de ces deux observations : la critique d’Israël « peut coûter sa réputation à celui qui s’y risque. L’accusation d’antisémitisme, voilà l’arme ultime contre qui ose douter, car l’antisémite est le pestiféré des temps modernes », mais plus loin, la plume tranquille de Madame Benbassa nous dit : « l’antisémitisme qui s’exprime aujourd’hui en Occident trouve un alibi dans le conflit israélo palestinien ». Faudrait savoir…

Vient, et c’est sa place à la fin du livre, le bouquet final : « La dernière cause qui mérite encore de mobiliser, pour certains, est la cause palestinienne. Cette appropriation militante ne sert évidemment pas toujours les palestiniens. Menée en chambre, au mieux dans la rue ou dans des actons de boycott d’Israël, elle est d’une efficacité toute relative. Reste que la tournure violente et haineuse qu’elle prend dans certains milieux est de nature à remettre en cause le principe d’une coexistence pacifique des juifs avec les autres composantes de la société, de nature à produire de l’antisémitisme ». Ainsi, selon le livre publié par le CNRS, ce n’est pas le comportement d’Israël qui est de nature à produire de l’antisémitisme, ce sont les allumés qui s’indignent des lois internationales bafouées, du droit pourfendu, de l’injustice historique faite aux palestiniens.

Un an après l’opération « Plomb fondu », encore un effort Esther pour mettre votre pendule à l’heure.

"Etre juif après Gaza" Esther Benbassa, CNRS éditions 2009, 74 pages, 4 euros.

http://www.bakchich.info/Etre-juif-apres-Gaza,09660.html 

Commenter cet article

Schlabaya 28/12/2009 18:35


Enfin quelqu'un qui connaît les travaux de Shlomo Sand ! J'avoue, je ne les connais que par un article du Monde Diplo. Effectivement, une chercheuse du CNRS devrait les connaître. En revanche, la
diaspora désigne, outre l'Exode (qui n'a pas de réalité historique), les mouvements de populations des juifs européens, souvent lié à des persécutions. Il y a une sentiment identitaire très fort
dans la communauté juive, lié à l'histoire du judaïsme, mais aussi à des mythes.