Jean Ziegler accuse les prédateurs de la finance

Publié le par Ali

Jean Ziegler: "Jugeons les prédateurs de la finance pour crime contre l’humanité"



Le sociologue Jean Ziegler, auteur de La Haine de l’Occident, rappelle que l’argent donné aux banques à été retiré de la bouche des enfants du Tiers-monde.

À 75 ans, Jean Ziegler n’a toujours pas envie de se taire. Membre du comité consultatif du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, il part en guerre contre les banquiers et tous les prédateurs de la finance internationale. 
«Il faut savoir qu’au moment où les États de la zone euro libéraient 1 700 milliards pour remobiliser le crédit interbancaire, dans le même temps, ils coupaient d’un tiers le financement de l’aide alimentaire d’urgence. Or, 71 millions de personnes dans le monde ne vivent que de cette aide», dénonce le sociologue.

Les chefs d’États des pays occidentaux se sont bien gardés d’assister à la réunion de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui s’est déroulée en Novembre à Rome. Ils avaient trop la honte. Sur un budget prévisionnel de 6,7 milliards de dollars pour 2009, 3 milliards n’ont toujours pas été versés au Programme Alimentaire Mondial (PAM).

«Avec la crise, les pauvres en Occident maigrissent mais dans le tiers-monde, les pauvres meurent. Dans les camps de réfugiés en Somalie, le PAM ne distribue plus que des rations adultes de 1 500 calories par jour, alors que le minimum vital est de 2 200 calories», s’insurge Jean Ziegler.

«Peu à peu, ces réfugiés ne parviennent plus qu’à se traîner, attendant la mort. Tout cela à cause des prédateurs de la finance ! Ces types, il ne faut pas seulement les dénoncer. On doit les traduire devant une Cour Pénale Internationale afin de les juger pour crime contre l’humanité», dit le sociologue. Dans son dernier ouvrage, il rappelle que les Blancs ne représentent que 13 % de la population de la Terre. Or, depuis cinq cents ans, ils dominent la planète.

Jean Ziegler est aussi l’auteur de 
Main basse sur l’Afrique, de Retournez les fusils ! Manuel de sociologie d’opposition, et deLa Suisse, l’Or et les morts, révélant que les banques suisses avaient gardé les biens des Juifs disparus dans les camps de concentration. Des ouvrages qui lui ont valu attaques, saisies sur ses biens, et même une levée de son immunité parlementaire.

«Un million d’enfants au Bangladesh n’avaient qu’un repas convenable par jour, celui que leur servait le PAM à l’école. Faute de crédits, ils ne peuvent plus être nourris. Est-ce que les chefs d’État, comme Nicolas Sarkozy, qui se sont montrés si généreux avec les banquiers, se rendent compte de cela ?» analyse Jean Ziegler.

Un enfant de moins de dix ans meurt de faim toutes les cinq secondes

Un milliard d’êtres humains sont en permanence gravement sous-alimentés. 
«Un milliard de crucifiés dès la naissance ! Alors que la FAO indique que l’agriculture mondial peut nourrir sans problème 12 milliards d’êtres humains, soit le double de l’humanité présente. Un enfant qui meurt de faim est assassiné», ajoute le sociologue.

«Autrefois, les enfants du Sud mouraient sous l’esclavage et la colonisation. Aujourd’hui, ils meurent sous le capitalisme globalisé», affirme-t-il.

Mais alors, pourquoi continuer à travailler pour l’ONU ? 
«C’est vrai, l’ONU est proche de la ruine. Mais certaines organisations spécialisées, comme le PAM, le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), le Conseil des Droits de l’Homme, font un travail magnifique»

Ian Hamel


Source: Altermonde-sans-frontières

Commenter cet article