Vote suisse. Et maintenant ?

Publié le par Ali

La Suisse vote l’interdiction des minarets: quelle réaction adopter?

In Uncategorized on 1 décembre 2009 at 21:35

Ce dimanche, les citoyens suisses étaient appelés aux urnes afin de répondre à une initiative du parti populiste de droite, l’UDC, visant à interdire la construction de nouveaux minarets sur le territoire helvétique. A la surprise générale et faisant mentir tous les sondages, c’est à une confortable majorité qu’ils ont appuyé la proposition.

Le “Oui” l’a emporté à plus de 58% des suffrages. Un score sans appel qui sonne comme un avertissement fracassant pour les communautés islamiques en Europe.

Si dans la majorité des médias, l’incompréhension et la consternation règnent, certains intellectuels ont offert des pistes d’analyses intéressantes.

 

Alain Gresh, à peine quelques heures après la publication des résultats, écrivait un article très critique à l’égard du vote. Il déplore “une victoire de l’islamophobie, et une défaite de la raison“. Comme Tariq Ramadan, il dresse les responsabilités. Il note l’incapacité des partis dits démocratiques à faire valoir le discours modéré et à promouvoir le “Non“. Les médias quant à eux auraient joué un rôle ambiguë, parfois subversif. Les intellectuels partageraient, eux aussi, une part du fiasco.

L’Islam est-il définitivement malvenu en Europe et incompatible avec ses “valeurs”?

Un penseur comme Tariq Ramadan se bat depuis de très nombreuses années, entre autres, afin de faire évoluer les conceptions et de faire, enfin, de l’Islam une religion européenne à part entière. Il est souvent intervenu en Suisse et partout ailleurs en Europe pour faire entendre ses idées. Il est clair (c’est du moins, je crois, ce que les Suisses ont voulu faire entendre) que c’est un échec. L’Islam et les musulmans sont à l’heure actuelle mal perçu par la majorité des Européens.

Le constat observé par Alain Gresh est dur mais il est, somme toute, réaliste:

Désormais, il n’est plus possible de discuter sereinement des musulmans en Europe et de leur place dans notre société“.

Je ne crois pas que l’Islam puisse être un jour accepté sur le Vieux Continent tel qu’il est. Les oppositions se font de plus en plus fortes et les peurs l’emportent bien souvent sur la raison. Même si Ramaden considère qu’il faille du temps -deux générations, dit-il-, l’Islam sera toujours le fait de débat stigmatisant et on l’agitera comme une menace à la face des citoyens lorsque cela représentera un intérêt “politico-électoraliste”.

J’en vois beaucoup développer des discours pratiquement insultants à l’égard des citoyens suisses. Le plus choquant, ce n’est pas le choix des Suisses, ce serait de ne pas considérer le message qu’ils ont voulu faire passer, de croire que ce ne sont que des incapables, racistes et xénophobes. Ce vote est symptomatique d’une situation qui dépasse les frontières helvétiques. Il est temps pour les Musulmans de réagir, de tirer des conclusions et de prendre les bonnes décisions. A l’heure où j’écris, le débat sur les minarets, qui emporte en fait avec lui tout celui sur l’acceptation de l’Islam et des Musulmans, s’étend en France, en Belgique et au Pays-Bas.


http://frontsetresistances.wordpress.com/2009/12/01/la-suisse-vote-linterdiction-des-minarets-quelle-reaction-adopter/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+FrontsetResistances
+(Fronts+%26+Résistances)&utm_content= 

Commenter cet article

Orange 02/12/2009 22:48



Minarets Suisses & Burqa Francaise, même parano populiste ?


C'est la question d'un débat vu sur le portail suisse Pnyx.com, associé à un sondage proposant comme réponses :

- Oui, les deux sujets se situent au-même niveau de "non problème réel"

- Non, les deux sujets représentent des problèmes réels

- Non, les minarets représentent un problème réel et pas la burqa

- Non, la burqa représente un problème réel et pas les minarets

Pour le détail et pour donner son opinion: http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/439

Dimanche, un mouvement populiste suisse obtient un vote à une confortable majorité contre les "Minarets". Le rapprochement de cet évènement à l'actualité française est-il justifié ? Il y a quelques
mois, N Sarkozy martelait haut et fort "La Burqa n'a pas sa place en France". Depuis quelques semaines, dans une relation ambiguë avec les prochaines échéances électorales, la personnalité en
charge des questions d'immigration lance en France une grande campagne sur le thème de "l'Identité Française". 

Suisses et français jouent-ils avec le même feu ?