Vous êtes Français ? Prouvez-le !

Publié le par Ali


Vous vous croyez Français(e) parce que vous avez une carte d’identité nationale et un passeport français ? Mais si vous (ou vos parents) êtes nmarianne.1264085935.jpgé(e) à l’étranger, bon courage pour renouveler vos papiers ! « C’est un signe de l’air du temps, vicié par les débats sur l’identité nationale, la burqa ou les mariages gris, remarque Anne Roy dansL’Humanité . Pour peu qu’ils aient un nom à consonance étrangère, ou qu’ils ne soient pas nés en France, de plus en plus de Français ont à prouver leur nationalité. Et vivent ainsi un véritable enfer juridique et administratif au moment du renouvellement de leurs documents d’identité. »

Michel Tubiana, président d’honneur de Ligue des droits de l’homme, s’indignait déja de cette dérive en août 2007 : « La mésaventure arrivée à une juive de l’Algérie, française depuis le décret Crémieux de 1870, à qui l’on demande la production d’un acte prouvant sa religion à l’occasion du renouvellement de sa carte d’identité, illustre assez bien la folie qui s’est emparée de l’administration française : tout renouvellement d’un document d’identité - le passeport nouvelle formule n’échappe plus à la règle - devient le prétexte d’une chasse aux “faux Français” qui fleure bon la xénophobie d’Etat. » Catherine Corroler dans Libération avait alors raconté l’histoire de Brigitte Abitbol (“La «consonance israélite» réveille le zèle administratif”).

Dans une tribune parue dans Le Monde du 31 décembre 2009, (”Comment j’ai perdu mon identité nationale”), l’écrivain Michka Assayas expliquait : « Le mécanisme est simple. Vous êtes français de naissance. Votre passeport délivré avant 2005 arrive à échéance, vous l’avez perdu, abîmé ou encore vous vous l’êtes fait dérober. Muni du titre d’identité périmé ou de la déclaration de perte, vous allez à la mairie ou à l’antenne de police de votre arrondissement. Vous remplissez un formulaire. Il vous faut indiquer l’état civil et le lieu de naissance de vos deux parents. Un fonctionnaire vérifie qu’ils sont bien nés en France. Si c’est le cas, il applique la procédure susceptible de vous faire obtenir, après vérifications, un nouveau passeport dit “sécurisé”. Dans le cas contraire, il la bloque. Il y est obligé par le décret n° 2005-1726 relatif aux passeports : vous avez beau être Français, né en France, y avoir toujours vécu, travaillé et voté, vous y être marié, y avoir eu des enfants, avoir régulièrement reçu des papiers d’identité, cela ne vous autorise en rien à obtenir un nouveau titre “sécurisé”. »

La journaliste Anne Sinclair, née à New York, relatait hier sur son blog ses mésaventures : « Après beaucoup de Français dont j’ai lu les témoignages sur différents sites internet, j’ai fait l’expérience dite de la Carte d’Identité (nationale?…). J’avais souhaité la faire refaire pour qu’elle témoigne de mon changement d’adresse dans Paris. Stupide démarche, car elle était valable jusqu’en 2017, mais très instructive expérience. » Et en effet, elle ne sera pas déçue du voyage à la préfecture de police de Paris : « Lorsque mon tour vient, le monsieur derrière le guichet remarque que je suis née à l’étranger et me demande non pas si mes parents sont Français, mais si mes quatre grands-parents le sont: je lui fais reposer la question tant elle me semble maladroite, sinon ahurissante. A l’évidence, il cherchait seulement à savoir de quel côté familial il me fallait apporter la preuve de ma nationalité. Mais peut-être les responsables de ces nouvelles directives devraient-ils prendre le temps d’expliquer à leurs agents au contact du public, qu’il est des formules malheureuses, rappel de temps troubles. »  S’ensuient de minutieuses vérifications de sa “francité”…

La journaliste Fabienne Attali, née à Tunis d’un père français et d’une mère libyennetémoigne : « En février 2007, à l’occasion d’un voyage aux États-Unis pour couvrir un congrès médical international, je décide de renouveler mon passeport. (…) J’allais découvrir que ce je pensais n’être qu’une simple formalité s’apparentait en fait, pour les Français nés à l’étranger, à une véritable quête du Graal. Naïvement, je rassemble tous les documents nécessaires, je me rends à la mairie de mon arrondissement, persuadée que la démarche ne prendrait que quelques minutes. Là, à ma grande surprise, l’employée de l’état civil m’annonce que mon dossier est incomplet.
- Comment avez-vous acquis la nationalité française ? me demande-t-elle. Il me manque le décret de naturalisation.
- Mais je n’ai pas été naturalisée, je suis née française. Mes parents sont français.
- Oui mais vous êtes née à l’étranger alors il me faut un certificat de nationalité française. Ce n’est pas compliqué, il suffit juste d’aller au tr
libe.1264088120.JPGibunal d’instance prouver votre nationalité sur deux ou trois générations.
- Mais enfin c’est impossible, vous voyez bien que je suis française, je l’ai toujours été, voici ma carte d’identité, mon passeport, ils sont toujours valides. Mon père était un fonctionnaire français.
- Je n’en sais rien, moi. Inutile d’insister je vous dis, je ne prendrai pas votre dossier. Vous comprenez, tout le monde veut être Français. On en reçoit tous les jours, nous, des étrangers qui essaient de nous tromper. »

Le 11 janvier, Libération publiait un dossier complet avec plusieurs témoignages de Français méticuleusement tracassés lors du renouvellement de leurs papiers et notammentun entretien avec le documentariste Daniel Karlin. Le même Daniel Karlin devait lancer le 18 janvier une pétition conjointement avec la LDH : “Vous êtes Français ? Prouvez-le !”.

Parmi les permiers signataires :  Michèle André, Ariane Ascaride, Gérard Aschieri, Jean-Christophe Attias, Edouard Baer, Jeanne Balibar, Guy Bedos, Esther Benbassa, Jean-Luc Bennahmias, Matthieu Bonduelle, Pascal Boniface, Nicole Borvo, Zabou Breitman, Annick Coupé, Jean-Michel Ducompte, Jean-Pierre Dubois, Kamel Jendoubi, Marie-Pierre de la Gontrie, Robert Guédiguian, Jean-Claude Kaufmann, Christophe Honoré, Henri Leclerc, Jean-Marie Le Guen, Daniel Karlin, Marie NDiaye, Jean-Marc Roirant, Benjamin Stora, Michel Tubiana, Marie-Christine Vetgiat, Dominique Voynet…

Tout cela ce sont de simples “désagréments administratifs” pour le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux… Pour le ministre, une personne qui a toujours été reconnue comme française dans les actes de la vie courante doit pouvoir renouveler sa carte d’identité sans difficulté. Emilie Cailleau rappelle dans L’Express que “dès le 2 décembre, le ministère de l’Intérieur a d’ailleurs donné consigne aux préfets d’appliquer ce principe. Une attention illusoire pour la socialiste Marie-France Gontrie. “C’est bien sympa de donner des instructions mais on ne peut pas demander à un préfet de ne pas appliquer un décret”, s’insurge la socialiste. “Il faut remplacer le décret de 2005.”

http://veilleur.blog.lemonde.fr/2010/01/22/vous-etes-francais-prouvez-le/#xtor=RSS-32280322 

Commenter cet article