Alors, contents les Suisses ?

Publié le par Ali




Alors, vous êtes contents ?

Les Suisses ont voté contre les minarets. De quoi réjouir vos faces d’islamophobes repus de haine, de peurs et de préjugés.

Il y a quatre minarets en Suisse. Quatre, pas cinq !
Quatre pour quatre cent mille musulmans.
Eh bien c’est trop pour la Suisse, pays propre, discret, cultivant des vertus  bourgeoises et convenues. Un pays où même les fleurs sont sans odeur.

Et en plus, c’est l’étonnement. Personne ne  s’y attendait, et puis vlan ! le bon peuple qui s’en donne plein la panse de kebab hallal. Tous au Rhône, les arabes !

Pas de quoi être surpris, la haine de l’autre cela marche toujours. M. Hitler l’avait compris, il n’était pas le premier et ne sera pas le dernier. Brandissez un bouc émissaire, Messieurs-Dames, et le succès sera assuré.

Quand, un peu partout en Europe, des tas de journaux, imprimés, télévisés ou radio-diffusés évoquent avec des airs de jésuite aux abois le « problème musulman », la « préoccupation de l’islam », le « scandale de la burqa », « l’intégration difficile des populations immigrées », les « banlieues zones de non-droit » et que sais-je encore ?

Quand le Président de la République, pour la campagne des régionales, donne consigne à ses troupes de placer le débat sur le plan national et celui de l’identité nationale en premier rang, il n’y a qu’à suivre son regard pour comprendre où il veut en venir : « cahez ces musulmans que je ne saurai voir ».

Et que dire de tous ces blogs, les uns se réclamant de la laïcité, les autres du pseudo-christianisme si peu évangélique, qui en rajoutent à chaque fois une couche dans l’islamphobie… voilà le résultat. Ils sèment la haine… ils la récoltent !

Mes amis, les choses sont pourtant très claires. Il y a des musulmans en Europe, eh bien, ils resteront ! Ils sont ressortissants de pays européens avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres. Ils sont aujourd’hui ce qu’ils sont, demain il y en aura de  plus en plus que vous croiserez comme médecins, magistrats, haut-fonctionnaires, hommes politiques…

Ils sont le visage de l’Europe de demain. Et elle se fera avec eux que cela vous plaise ou non.

Elles se fera en osmose avec vous, avec ce que vous êtes, votre passé, vos traditions et votre culture. C’est la meilleure solution, celle où les uns et les autres se respecteront et, pourquoi pas ? s’aimeront.

Mais à ce petit jeu de minarets, de burqa, de ceci hallal et de cela qui ne peut l’être, vous cultivez la haine, et la haine engendrera la guerre civile et dans cette dernière, vous partirez perdants, vous ne connaissez pas la force du désespoir !

Prenez garde !

 

 

Commenter cet article

Schlabaya 30/11/2009 14:31



Avant de traiter les citoyens suisses d'islamophobes, interrogez-vous sur la réalité de ce que nous vivons en Europe. La radicalisation de l'islam, que l'on observe un peu partout dans le monde,
et notamment dans nos pays, n'est pas à prendre à la légère, quelles qu'en soient les causes. Le nombre croissant de revendications abusives émanant d'une partie de la communauté musulmane (pas
de porc dans les cantines, pas de sapin de Noël dans les écoles, des horaires séparés à la piscine, le port du voile, voire de la burqa, en toutes circonstances, le droit pour une femme musulmane
d'être examinée et opérée exclusivement par des femmes, le droit d'utiliser des bâtiments publics à des fins religieuses, etc) est très inquiétant. Peut-être ce refus de construire des minarets
marque-t-il la volonté de mettre des limites fermes à des pressions qui ne font que croître, et traduit-il une peur légitime de l'islamisation de la société suisse.


Je précise que je ne suis ni raciste, ni sioniste, et que le fondamentalisme me hérisse, quelle que soit la religion concernée. Je ne suis pas non plus d'accord avec la façon dont certains médias
et certains politiques (Sarko en tête) stigmatisent les musulmans. Mais j'estime qu'il ne faut pas non plus être naïf.


Votre dernier passage constitue-t-il une menace, une mise en garde, ou exprime-t-il une crainte de votre part ?