Caligula dans le sang et le sable

Publié le par Le blog des amis d'Ali

 

                                          

 

Le Caligula des sables vit ses derniers moments de folie, et c’est une très bonne chose; ce genre de personnage ubuesque, vautré dans le sang et le fric, étouffé par un ego infatué,  aurait dû, depuis longtemps, être “liquidé” par ces services dits “secrets” qui, en règle générale, n’ont pas d’états d’âme quand il y va d’obscurs et de sans grade.

Alors pourquoi seulement maintenant ?

Parce que le peuple est dans la rue ?

Ne soyons pas naïfs, si la rue est en ébullition, l’armée decomposée et la police ralliée, c’est que dans les coulisses certains ont estimé que trop c’est trop et qu’une nouvelle donne s’imposait.

Suivez notre regard, il se porte à Washington où, au contraire de l’inertie européenne et française, la reaction est vive et colle à l’évènement. Ainsi, par la grâce de on ne sait qui, des armes sont entre les mains des insurgés, des officiers autrefois fidèles retournent leur veste, des diplomates n’ont plus la langue de bois et des jours nouveaux se profilent à l’horizon.

Aube nouvelle, mais au profit de qui ?

D’une clique d’affidés à Obama, Exxon, Total et Cie ? Lesquels, après quelques promesses au “vulgum pecus”, feront ce qu’en haut lieu on leur dira de faire ? Ou, comme nous l’espérons, mettront tout en oeuvre pour qu’un nationalisme arabe renaisse de cette gabegie et oeuvre, désormais, au service des  interêts du peuple..

En attendant que constatons-nous ?

Ceux qui hier encore considéraient que, somme toute, Caligula n’était pas si infréquentable, se pressent pour être les premiers à le clouer au pilori.

Ce M. Blair qui le serrait dans ses bras, Berlusconi qui lui a embrassé les mains, Sarkozy qui l’a choyé en grande pompe, les voila qui se bousculent pour l’envoyer, au Tribunal International Pénal, ou lui confisquer sa fortune, ou réclamer une intervention armée des Nations Unies et patati et patata.

Ayez des amis !

Subitement, ils réalisent que Caligula avait un peuple, que ce dernier souffrait et que la Lybie n’était pas une opérette tragi-comique mise en scène par un réalisateur psychotique.

M. le Président de Total, dans cette farce occidentale, a le mérite de parler vrai: ce qui se passe en Lybie, a declaré monsieur de Marjorie, est, somme toute, une bonne chose.

Un “somme toute” on ne peut plus révélateur. Pour cet excellent entrepreneur, le royaume de Caligula est celui du pétrole que ne polluent jamais quelques litres de sang. La chienlit d’aujourd’hui fait grimper les prix, et, demain, les nouveaux maîtres seront, cela va sans doute, nettement moins psychopathes que le precedent. Inch’Allah !

Et pourquoi resterions-nous, en Europe, à ne rien faire sinon gober tout ce que nous racontent les medias sur des aspirations métaphysiques populaires sur fond des “droits de l’homme” ?

Ce que ces gens qui se battent et qui meurent en Lybie veulent, c’est la dignité avant la démocratie et un avenir fécond et heureux dans un système politique qui soit le leur.

Craignons cependant que, dans les semaines qui viennent, les fruits de ces révoltes soient confisqués au profit de monsieur de Marjorie, ses amis américains, le bien être de nos bons bourgeois et cette satanée “sécurité d’Israël”.

 

lybie, kadafi, révolution, sarkozy, europe, pétrole

 

Caligula (à droite)  et Richard III

Commenter cet article