Un pacifiste israëlien boycotté !

Publié le par Ali

Ne pas s'imaginer que depuis l'élection d'Obama, les choses ont radicalement changé dans les relations entre les Etats-Unis et Israël. Un pacifiste, universitaire israëlien, critique à l'égard du sionisme, vient d'en faire les frais.
Preuve que l'entité sioniste, en son sein, ne supporte aucune voix discordante et sceptique quant à sa politique de guerre et fd'oppression.
Israël: la seule démocratie au Proche-Orient ...

M. Neve Gordon

Par Esther Benbassa | Historienne, dir. d'études à l'EPHE... | 30/08/2009 | 

Le 20 août, l'universitaire israélien Neve Gordon, publie un texte d'opinion dans le Los Angeles Times. Il enseigne à l'université Ben-Gourion du Néguev, qui non seulement diffuse la connaissance et le savoir aux enfants de populations souvent déshéritées, mais a été aussi longtemps un refuge pour ceux qu'on a fini par appeler les « nouveaux historiens », plutôt post-sionistes.

Gordon se situe dans la mouvance de l'action non-violente et appelle à la pression internationale pour mettre fin à l'occupation israélienne et à l'« apartheid » qui sévit dans le pays. Il s'est joint dans cette perspective au mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) lancé à Bilbao en 2008.

On peut ne pas être d'accord avec les idées exprimées dans l'article ou avec les choix de son auteur, mais il est difficile de s'identifier à la vague d'hystérie qu'ils ont provoquée en Israël.

Si les perspectives de levée de l'occupation s'amenuisent et si le désespoir est devenu le lot quotidien des populations qui la subissent, que reste-t-il à faire à un Israélien comme Gordon, attaché à son pays et qui ne le quitte pas, laissant ainsi de côté les options de facilité ?

Un raidissement généralisé

L'hystérie fait partie de ces réactions en vogue qui servent à masquer les vrais problèmes, liés au conflit israélo-palestinien et à l'occupation, lesquels à la longue risquent de mettre en danger l'existence d'Israël lui-même.

Ces derniers mois, après l'offensive contre Gaza et l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement de coalition de droite dure, incluant l'extrême droite, la liberté d'expression est devenue une peau de chagrin dans un pays où, pourtant, dans le passé, des intellectuels critiques avaient encore le droit d'exprimer des opinions allant à l'encontre des thèses officielles.

Les persécutions contre les membres de New Profile, une organisation qui œuvre contre la militarisation de la société israélienne, les attaques violentes visant des militants non violents qui protestent contre le Mur de séparation et l'occupation, l'arrestation de l'activiste Ezra Nawi, qui lui aussi sans violence s'opposait à la destruction d'une maison palestinienne (Neve Gordon fait partie de son comité de soutien) dénotent le lourd climat de tension qui règne en Israël et le raidissement consécutif, qui dans tous les cas ne peut qu'être préjudiciable à la liberté d'expression en général.

L'université israélienne a été longtemps un havre pour les intellectuels critiques. La donne a manifestement changé. La publication de l'article de Neve Gordon a suscité les chantages de quelques juifs Américains de Los Angeles, qui ont menacé de couper les dons à l'université Ben-Gourion.

Le consul général d'Israël à Los Angeles s'est, quant à lui, ému de tels risques et en a informé la présidente de l'Université, Rivka Carmi.

Critique interdite à l'université ? 

Celle-ci n'a pas manqué de réagir, comme on pouvait s'y attendre, en faisant savoir qu'elle pourrait bien se passer des services d'individus comme Neve Gordon. Elle caractérise de tels actes de « trahison » à l'égard de l'État d'Israël. Et précise que l'université Ben-Gourion « est une institution sioniste qui accomplit jour après jour la vision de David Ben Gourion » :

« Des déclarations comme celles-ci, qui expriment une critique brutale et dévastatrice de l'Etat d'Israël, vont à l'encontre de l'excellent travail accompli à l'université Ben-Gourion et dans toutes les universités en Israël. »

 

Elle invite ceux qui pensent comme Neve Gordon à se chercher un autre point de chute personnel et professionnel.

Neve Gordon sera-t-il licencié ? En tout cas, la menace est là. Et surtout la menace de faire taire tous ceux qui refusent la politique israélienne à l'endroit des Palestiniens telle qu'elle se déploie et ses retombées inacceptables pour les citoyens d'un pays peuplé d'hommes et de femmes dont les aïeux ont subi dans le passé les pires persécutions.

 

Commenter cet article